Test : Minolta SRT 303b

Dans ma collection, il a avait un boitier Minolta SRT 303b. Il m’a fallu longtemps avant de l’approcher. Son design me faisait peur : une grosse masse noire. Mais quelle erreur, j’ai pu faire. Je vous présente la bête !

Le Minolta SRT 303b

Un peu d’histoire

La gamme SRT a été produit entre 1966 et 1981 au Japon. A son arrivée, elle fut une véritable révolution avec une mesure TTL, un diaphragme complètement automatique, deux systèmes de mesure CDS intégrés et pondérés qui permet de mieux gérer les contrastes ainsi que la mesure en pleine ouverture.

Le SRT 303b, lui, est produit entre 1975 et 1977. Je possède la version noire mais sachez qu’il existe une version chromée. C’est le petit frère du Minolta SRT 303 et le jumeau du SRT 202b mais destiné au marché européen. La grande différence avec le 303 est la perte de l’utilisation flash magnésium.

En détails

  • Origine : Japon
  • Date de production : 1975-1977
  • Surface de la visée : 100%
  • Système de mesure : TTL
  • Cellules : deux CDS, une en partie haute du viseur et l’autre en partie basse (système CLC – Contrast Light Compensation)
  • Information dans le viseur : temps de pose, diaphragme, mesure de la lumière
  • Système de mise au point : verre de visée, avec en son centre des microprismes et un stigmomètre horizontal
  • Obturateur : 1 au 1/1000 de seconde, pose B
  • Sensibilité : 6 à 3200 ISO
  • Format du film : 135 (24×36)
  • Nombre de poses maximal : 36
  • Pile : V625U – LR9
  • Retardateur : environ 10 sec
  • Poids vide : 700 g

Son dos avec le rangement pour carton de pellicule

Prise en main

Ce boitier, par son design brut et sa masse, me faisait un peu peur. En effet, il est imposant à coté de mon Minolta XD-7 chéri. Mais ayant pris mon courage à deux mains, et introduisant une pellicule, j’ai rapidement changer d’avis.

Certes, il est lourd, ce qui est logique quand on connait la complexité de cet appareil entièrement mécanique. Mais il est si fluide qu’on oublie facilement ce détail. De plus, il peut fonctionner sans pile. Ainsi, plus de crainte du manque de pile. Vous ne serez pas bloqués quand la pile sera finie et vous pourrez continuer à shooter tranquillement (à condition d’être épaulé d’une cellule à main ou de votre expérience tout de même). Et ça mon Minolta fétiche ne le fait pas.

Simple, épuré, efficace

La prise en main se fait naturellement. Rien de bien particulier. Je trouve ses lignes moins fluides, moins arrondies que celle du XD7 mais cela ne gène en rien appréhension de la bête.

Le système de mesure est vraiment une merveille. Il permet une bonne gestion des contre-jours et une exposition moyenne correcte.

Verdict

Mise à part son poids qui me freinait (certains l’appellent « Le Tank »), le Minolta SRT 303b est un superbe appareil photo, extrêmement polyvalent et très pratique. Bourré de qualité, dont la principale reste donc système de mesure, il vous accompagnera partout et en toutes circonstances. Il sera un ami fidèle grâce à son utilisation possible sans pile.

Photographié avec le Minolta SRT 303b – TriX à 400 ISO développée en D76.

Photographié avec le Minolta SRT 303b – TriX à 400 ISO développée en D76. (L’abus d’alcool est dangereux pour la santé)

Photographié avec le Minolta SRT 303b – TriX à 400 ISO développée en D76.

Photographié avec le Minolta SRT 303b – TriX à 400 ISO développée en D76.

 

Anaïs Carvalho

Parce que l'argentique est tellement plus sensuel...

2 thoughts on “Test : Minolta SRT 303b

  • 8 novembre 2018 at 14 h 36 min
    Permalink

    J’avais un a priori sur ce genre de boîtier argentique. Apparemment, il a plutôt pas mal. Tu as su exciter ma curiosité quand tu mets l’accent sur son système de mesure efficace. C’est un point important pour moi. Si jamais je tombe sur un exemplaire lors d’une brocante, je le prendrai en main. A part son poids et son design, quels sont les principales différences avec le XD7. Merci pour tous ces posts sur le matériel argentique et les pellicules.

    Reply
  • 8 novembre 2018 at 21 h 10 min
    Permalink

    Dans le même genre et à peu près de la même époque, j’ai un Yashica tl Electro X its.
    Noir. Mêmes fonctionnalités que ton Minolta. Avec une pile, mais utilisable sans.
    Côté construction, c’est un truc massif. Tu peux planter des clous avec.
    1050g, il pèse !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *