Loading...
Le laboratoire

Le développement au café … ou caffenol

caffenol

L’une des pratiques alternatives les plus courantes en photographie argentique est le développement au café … ou caffenol ! Cette pratique est devenue de plus en plus répandue car elle a l’avantage de proposer un développement de la pellicule sans avoir recours à un révélateur fait maison, moins nocif pour l’environnement, tout en donnant de très bons résultats. 

 

caffenol
Caffenol – Un ingrédient principal manque à l’appel … lequel ?

Préambule

D’après quelques unes de nos recherches, notamment sur le site référence en matière de caffenol, la recette a été créée en 1991 par des étudiants dans le cadre d’un sujet d’études menés par le Dr. Scott A. Williams du Rochester Institute of Technologie (R.I.T.). L’objectif était de trouver une solution de développement en utilisant uniquement des produits ménagers. Si vous souhaitez lire l’article dans son intégralité (en anglais), vous pouvez vous rendre sur ce lien.

 

PS : Il n’y aura que très peu de photos dans cet article, hormis le résultat final. L’intérêt d’avoir des images des produits n’est pas énorme dans la lecture de l’article.

 

Petit rappel sur les révélateurs

Généralement, un révélateur est composé :

  • d’un développateur, comme de l’acide ascorbique, de l’hydroquinone, du metol ou du phénidone
  • d’un accélérant, comme le borax, le carbonate de potassium ou l’hydroxide de sodium
  • d’un conservateur, comme le sulfite de sodium, le sulfite de potassium
  • d’un anti-voile, comme le bromure de potassium ou le benzotriazol.

Si vous souhaitez beaucoup plus de détails sur les révélateurs, nous vous invitons à lire l’article sur le révélateur que nous avions rédigé il y a quelques temps déjà.

 

Préparation des chimies

Nous allons préparer les chimies pour une cuve de 500mL, soit une pellicule 120 ou 2 pellicules 135.

Révélateur

C’est bien entendu la partie la plus intéressante et la raison pour laquelle vous êtes arrivé(e)s ici. Le révélateur au caffenol a tendance à dégager une odeur pas toujours agréable. Travailler dans une pièce ventilée sera l’idéal.

La recette donnée ci-joint est pour une préparation de 500ml. A vous de l’adapter suivant vos besoins.

  • 500 mL d’eau (déminéralisée)
  • 40 grammes de café soluble
  • 108 grammes de cristaux de soude
  • 10 grammes de sel
  • 16 grammes de vitamine C

Le café soluble aura le rôle du développateur, la vitamine C et les cristaux de soude auront pour rôle d’accélérant et le sel comme anti-voile. Cette recette ne contient pas de conservateur. Il vous est également possible de remplacer ces produits par de l’acide caféique et de l’acide ascorbique disponible en poudre. Le poids restera le même.

Il est utile de préciser qu’il existe une multitude de recettes différentes en fonction des tests réalisés, les pellicules, etc …  et que le but ici est de vous initier à ce type de développement.  Les recettes sont souvent en anglais, voici quelques petites astuces de compréhension :

  • Washing Soda = cristaux de soude, à ne pas confondre avec le baking soda qui est du bicarbonate de soude (sodium)
  • anhydre signifie que le produit ne contient pas d’eau

 

Recettes Caffenol provenant du blog Caffenol

 

Revenons à sa préparation. Nous vous conseillons d’utiliser deux bouteilles d’eau et un bidon de minimum 1 litre.

Dans la première bouteille,

  • Versez 250 mL d’eau et la totalité des cachets de vitamine C
  • Versez également le sel et les cristaux de soude. La solution va « buller » tranquillement.
  • Remuez / Secouez et attendez.

Dans la seconde bouteille,

  • Versez 250 mL d’eau et le café
  • Remuez jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Versez ensuite les deux solutions dans le bidon et remuez assez énergiquement afin de bien mélanger les produits.

Il est à noter que le révélateur a une durée de vie assez courte puisqu’il ne contient aucun conservateur. D’après quelques lectures glanées sur le net, il semblerait que le caffenol perdrait beaucoup en efficacité lorsque les premières 30 minutes se sont écoulées. Il est fortement recommandé de préparer le caffenol juste avant de procéder au développement.

Vous pouvez également filtrer le révélateur afin d’enlever toutes les petites « impuretés » qui pourraient rayer votre négatif. Je ne l’ai pas fait dans ce tutoriel.

 

Bain d’arrêt

Nous utiliserons une solution à base de vinaigre blanc en 1+9, soit 50 mL de vinaigre blanc + 450 mL d’eau (déminéralisée)

Fixateur

Nous employerons ici du Rapid Fixer de chez Ilford en 1+4, soit 100 mL de chimie + 400 mL d’eau (déminéralisée)

 

It’s time to développer !

Hormis la création du révélateur, toutes les étapes de développement de pellicules noir et blanc sont exactement les mêmes. Nous avons utilisé une pellicule Fomapan 400 avec un temps de développement de 8 minutes. Les étapes de développement seront les suivantes :

  • Révélation pendant 8 minutes. La première minute se fait en agitation continue et ensuite il faut agiter toutes les minutes durant 10 secondes
  • Bain d’arrêt  pendant 1 minute en agitation continue
  • Fixage  pendant 5 minutes. La première minute se fait en agitation continue et ensuite il faut agiter toutes les minutes durant 10 secondes
  • Rinçage pendant 2 minutes. Agitez la cuve durant une minute en agitation continue. Renouvelez l’eau et agitez en continue durant une minute
  • Agent mouillant durant 1 minute. 1 goutte suffit ! Ajoutez de l’agent mouillant et agitez la cuve en rotation continue

La suite vous la connaissez désormais, laissez sécher la pellicule à l’air libre.

 

Quelques images scannées ?

Les scans ont été réalisés avec un scan Epson v700 avec les guides films fournis et le logiciel Epson Scan. La case netteté n’a pas été cochée. Seul un recadrage a été réalisé. Les « saletés » ont été volontairement laissées pour donner l’aspect « brut » de scan.

 

Dev avec du café
Dev avec du café

 

Dev avec du café
Dev avec du café

 

Dev avec du café
Dev avec du café

 

Dev avec du café
Dev avec du café

 

Dev avec du café
Dev avec du café

 

Dev avec du café
Dev avec du café

 

 

Pour aller plus loin

Beaucoup de choses peuvent être améliorées. L’emploi d’un filtre à café assez fin (éviter les filtres trop épais sous peine de voir le révélateur s’écouler en plusieurs heures) afin d’enlever tous les résidus de café et autres qui pourraient se déposer sur les pellicules. Cette opération se fait déjà lorsqu’on utilise des révélateurs en poudre.

Le pré-mouillage des pellicules permettrait, en plus d’enlever la couche anti-halo sur les pellicules 120 par exemple, de « nettoyer » la pellicule afin de permettre au caffenol d’avoir une meilleure efficacité.

Voici quelques sites où vous pourrez trouver des ressources quasi-inépuisables afin de développer vos propres recettes au caffenol, basées sur des tests réalisés par des utilisateurs assidus à cette technique.

 

Conclusion

Créer son révélateur semble être les premices de la création de sa pellicule photo. Les résultats sont très bluffants et on s’approche de plus en plus à un développement de pellicules moins lourd écologiquement. Le fait d’utiliser des produits que nous possédons potentiellement dans les placards à un côté très fun et il peut ravir aussi bien les enfants que les grands.

Il existe tout un tas de recettes différentes avec de multiples variations, suivant les marques de café, les types et marques de pellicules. Le net fourmille d’informations à ce sujet et il est très intéressant de voir que cette pratique n’est pas si isolée que cela.  Elle amène une vision et une dimension plus artistique aux photographies. Cette recette peut notamment produire une base permettant de remplacer le café par du vin, du thé ou autre.

En revanche, l’odeur générée par le révélateur n’est pas des plus agréable et un gros nettoyage des spires et des cuves sera nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *