Rémy

Depuis le temps, faudrait que je teste le numérique quand même ;)

4 pensées sur “La fois où on passait sur M6

  • 27 juin 2019 à 10 h 43 min
    Permalink

    Bravo, super reportage, c’est clair et concis !

    « Jamais sûr du résultat »… bon, ce n’est pas faux, mais je trouve dommage que le grand public dise souvent ça de l’argentique. On en arrive à ce que l’on me dise lorsque j’expose des tirages : « c’est une bonne qualité, c’est vraiment de l’argentique ? ». C’est un peu triste…

    Répondre
  • 27 juin 2019 à 12 h 00 min
    Permalink

    Super , il n’y a pas assez de sujets sur l’argentique dans les médias.
    Pour la photo qui prends son temps fais des choix dans ce monde de l’immédiateté et du superficiel

    Répondre
  • 27 juin 2019 à 14 h 18 min
    Permalink

    Ouais … C’est succin et réduit !
    Vivre avec son temps ? Pourquoi ? ou Pourquoi pas ?
    Mais, on ne retrouve jamais de comparatifs exhaustifs et équilibré entre les deux techniques. C’est peut-être tout simplement qu’en fait, il n’y a pas deux techniques. A mon sens, c’est là l’erreur !

    Entre argentique et numérique, qu’y a-t-il de différent ? En fait rien dans l’acte de photographier. Seulement dans le moyen de restituer l’image.

    Si ! j’oubliais une notion essentielle : à l’époque de l’argentique, entre la prise de vue et la lecture d’une photo, il y avait l’intervention d’un professionnel qu’on appelait alors « photographe ». Depuis l’avènement du numérique, chacun croit qu’il suffit de prendre un téléphone ou un trombone à coulisse pour faire une photo. Si on fait disparaître cette idée aussi sotte que grenue, on arrive à faire des chose « comme à l’époque de l’argentique »

    En fait, le photographe qui transformait la pellicule est mort. Et n’importe qui imagine qu’il peut être le photographe qui prend des images. C’est peut-être là qu’il faut aller voir.

    Et on se rendra compte qu’avec le numérique, c’est quand-même mieux si on veut être les deux photographes décrits ci-dessus.

    Mais, voilà : c’est un métier.

    J’oubliais : j’ai toujours mon EOS 5 et mon Mamiya C3.

    Répondre

Répondre à Romain Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *