Test : Nikon AF240SV

Dans la vraie vie, je ne suis pas trop « point and shoot ». Mais, il s’agit de la majorité des appareils que l’on trouve en brocante alors aujourd’hui, je vous présente le Nikon AF240SV.

Nikon AF240SV

Produit en 1999, on peut considérer le Nikon AF240SV comme un des derniers compacts produits (avant la démocratisation du numérique). Actuellement, bien que considéré comme peu courant, il peut encore se trouver notamment en brocantes. Mais vaut-il vraiment l’investissement ?

En détails

  • Origine : Chine
  • Date de production : 1999
  • Corps : plastique
  • Format de film : 135
  • Format des prises de vue : 24×36
  • Objectif : 28 mm
  • Mise au point : automatique
  • Sensibilité : par code DX
  • Viseur : télémétrique
  • Cellule : intégrée
  • Flash : intégré
  • Filetages pour trépied (vertical sous le corps)
  • Pile : 2 x AA (LR6)
  • Poids : 156 grammes sans pile
  • Prix moyen constaté : 10 euros

Nikon AF240SV

Prise en main

Le Nikon AF240Sv possède une esthétique extrêmement simple. Une boite pour mettre une pellicule et toute la connectique nécessaire à son fonctionnement. Aucune fioriture mais aussi, de mon point de vue, aucun charme. Le but étant certainement de plaire au plus grand nombre et surtout de privilégier la simplicité d’utilisation à l’esthétique.

La prise en main est très facile (comme pour la majorité des « point and shoot »). Vous n’avez qu’à mettre une pellicule et l’appareil s’occupe du reste. L’avancée du film est automatique. Cela implique que l’appareil nécessite une pile pour fonctionner et qu’il est impossible de faire des doubles expositions.

Nikon AF240SV

Le viseur est plutôt petit. Il est donc sombre et vos cadrages risquent donc d’être plutôt approximatifs.

Le flash est automatique. Dans la théorie, il est possible de forcer le flash ou de l’empêcher. Dans la pratique, je n’ai jamais réussi à imposer ma volonté à l’appareil. Il flashait à quasiment toutes les prises de vue.

Autre grosse faiblesse : la recharge du flash. En effet, pour pouvoir déclencher, il faut attendre que le condensateur du flash soit entièrement chargé. Donc à l’allumage, vous attendez plus de 30 secondes (j’ai mesuré) qu’il se charge afin de faire votre photo. Et si par malheur, le flash s’est déclenché lors de cette prise de vue, vous êtes bons pour de nouveau attendre plus de 30 secondes que l’appareil se recharge. Pour la réactivité, vous repasserez.

Nikon AF240SV

Verdict

J’ai connu des « point and shoot » beaucoup plus intéressants que cela. Que cela soit par leur look, leur réactivité ou leur créativité. Il s’agit donc d’un compact que je vous déconseille pour de la prise de vue quotidienne ou artistique (sauf peut-être pour la collection).

Photo prise au Nikon AF240SV

Photo prise au Nikon AF240SV

Photo prise au Nikon AF240SV

Photo prise au Nikon AF240SV

Anaïs

Parce que l'argentique est tellement plus sensuel...

Une pensée sur “Test : Nikon AF240SV

  • 13 décembre 2018 à 20 h 18 min
    Permalink

    Ces boites en plastique n’ont jamais eu de charme, et plus le temps passe plus je les trouve moches…par contre vu les prix on peut s’en servir sans risque, la pellicule vaut certainement plus que l’appareil 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *