Test du sac Lowepro Slingshot Edge 250 AW

Qui ne connait pas la marque Lowepro ? Lowepro est l’un des spécialistes les plus réputés en matière de conception de sacs photos tout terrain. La série slingshot se caractérise par des sacs de type urbain avec la possibilité d’accéder rapidement à son matériel sans trop d’effort. Allier le pratique à la pratique. Dans notre cas, nous allons passer en revue l’utilisation du Slingshot Edge 250 AW.

 

lowepro slingshot 250 aw

Lowepro Slingshot 250 AW

 

Caractéristiques

  • Poids : 800 grammes
  • Dimensions internes : 23 x 12 x 21 cm
  • Dimensions externes : 26,7 x 15,5 x 48 cm
  • Prix indicatif : 99,90 euros (suivant les revendeurs, les prix peuvent varier)
  • Capacité indiquée : un reflex, un objectif type 18-200, un flash cobra, une tablette et quelques accessoires comme des cartes, batteries, …
  • Couleur : noire avec un liseré jaune orangé au niveau des fermetures éclairs
  • Particularités : compartiments en velcro totalement customisable, protection pluie intégrée, attaches pour le trépied

Le sac, son organisation, ses rangements

Avant de commencer, il est utile de dire que ce sac est prévu pour organiser son matériel numérique. Dans le cas présent, nous ne serons qu’en argentique ou en photographie instantanée. L’usage et les besoins sont différents donc en terme de rangement.

Compartiments avants du Lowepro Slingshot 250 AW

Compartiments avants du Lowepro Slingshot 250 AW

Le sac est composé de trois compartiments bien distincts :

  • la poche avant
  • un compartiment central situé derrière la poche avant
  • un compartiment de rangement du matériel photo

Toutes les ouvertures se font par un système de fermeture éclair.

La poche avant permet de faire passer juste une main et est malgré tout assez profonde. Le mousqueton permet de mettre ses clefs ou ses pass backstage. Le petit truc en plus est la possibilité de ranger deux cartes mémoires supplémentaires très discrètement. Dans notre cas, les pellicules photos ne rentrent pas.

Poche avant du Lowepro Slingshot 250 aw

Poche avant du Lowepro Slingshot 250 aw

Poche avant du Lowepro Slingshot 250 aw

Poche avant du Lowepro Slingshot 250 aw

Le compartiment central est assez grand et rectangulaire. Nous pouvons y mettre un carnet, des stylos et même quelques pellicules, et pourquoi pas une boîte de plan films et des châssis 4×5. Car en effet, ce compartiment est assez grand pour accueillir un sténopé 4×5 ou un petit reflex type Canon A1 ou Olympus OM2 sans souci.

Poche arrière du Lowepro Slingshot 250 aw

Poche arrière du Lowepro Slingshot 250 aw

La dernière poche et l’une des plus intéressantes est celle qui contiendra le matériel photo.

Compartiement matériel du Lowepro Slingshot 250 aw

Compartiment matériel du Lowepro Slingshot 250 aw

Sur cette photo, le polaroid 600 est volontairement déplié pour se rendre compte de la place disponible. Ce compartiment est entièrement modulable grâce aux bandes scratch fournies avec le sac photo.

Sur le terrain

Il aura fallu quelques semaines d’utilisation avant de rédiger l’article. J’ai utilisé ce sac dans pleins de configuration possibles : sorties photos, concerts, shooting, …

Le côté agréable est de pouvoir le faire glisser de manière à ce que le sac se place à l’horizontal, la poche arrière accessible via la fermeture éclair. J’ai eu quelques petits soucis pour jouer avec ce système. Je ne suis surement pas habitué et en général, je ne change pas d’appareil photo durant les séances. J’ai seulement besoin d’un mouvement rapide lorsque je dois changer de pellicule ou de dos.

Une particularité dont je n’ai pas eu besoin mais qui est fort louable : des sangles sont livrées avec le sac afin de pouvoir transporter son trépied à l’avant du sac !

Et j’oubliais le petit truc qui en fait un sac dit « urbain »… la petite poche pour y déposer une bouteille d’eau, une clémentine ou bien une lampe rouge de vélo 😉 Très très pratique !!

Je me suis amusé à composer plusieurs sacs possibles suivant mon usage. J’ai pris en compte le fait que tout devait rentrer dans le sac, même durant toute la session photo sachant qu’au moins un des appareils se trouvent dans nos mains 😉

Tous les configurations ont en commun un moleskine, un stylo, un téléphone portable intelligent, un « stylo » pour nettoyer les objectifs, une chamoisine (une vraie peau de chamois synthétique) une caméra type gopro et une tablette 7″. Classique.

Configuration Photographie Instantanée

De quoi tenir toute une séance !

De quoi tenir toute une séance !

Le sac photo se composait de deux polaroid SX-70, un polaroid 600, d’un instax mini et les films associés.

Configuration Moyen-Format

Le sac photo se composait d’un Hasselblad 500 C/M avec deux dos, d’une cellule à main et de quelques films. Classique mais efficace. Avec la place encore disponible, j’aurais pu ajouter un petit appareil type bi-objectifs.

Configuration 135mm

Le sac se composait majoritairement de deux appareils type Canon A1 ou Konica Hexar RF avec quelques pellicules (mais pas trop) !  Tout rentrait dans le sac sans encombre et l’usage le plus classique était en concert.

 

Je l’ai donc utiliser avec tout type d’appareil photo. J’aurais pu faire une configuration sténopé mais il ne faut pas tout dire ! Un sténopé 4×5 chargé de quelques châssis est largement acceptable dans ce sac plutôt bien pensé. Les appareils au dessus du 6×7 ont quand à eux un peu de mal à rentrer dedans, il faut l’admettre. Les amateurs de chambre 4×5 ne trouveront pas dans ce sac leur bonheur.

Avis

Concrètement, ce sac convient parfaitement à un usage dit urbain où l’idéal est de s’équiper d’un matériel non volumineux et surtout d’utiliser une configuration portable et minimaliste. Si vous souhaitez partir en balade photo avec trois appareils photos différents, passez votre chemin. Ici, ce sera 1 ou 2 appareils maximum (un de backup par exemple), quelques pellicules et c’est tout.

Pour les habitués des transports en commun, le sac se profile bien et se « cache » bien dans le dos, contrairement à des sacs type besace. Le fait de pouvoir moduler le sac permet d’avoir un rangement personnalisé et de bien compacter son matériel.

Dans ma pratique, ce sac m’a plu car j’ai pu, de part sa taille, limiter au maximum le matériel à emmener.  Niveau rangement, rien à signaler, le matériel est en sécurité et le sac est très résistant. Au bout de plusieurs heures, jours et semaines, les coutures sont toujours présentes, la poignée toujours intacte.

Le sac est assez léger et au niveau du dos, tout est bien réparti. Aucun mal de dos avec du matériel souvent lourd toute la journée sur les épaules.

L’amplitude de réglage de sangles est pas mal également. Seul petit point, les sangles pendouillent et ne tiennent pas bien avec le système actuel. Un petit point de couture est nécessaire lorsqu’on a trouvé la bonne hauteur de serrage.

Quelques points négatifs, liés à l’usage, sont à noter. L’accessibilité des poches n’est pas facilitée si nous avons besoin d’un changement rapide de pellicule ou d’appareils photos. La discrétion n’est pas des plus aisée. Même sans s’y connaitre en photographie, nous savons qu’il s’agit d’un sac photo.

Points positifs

  • son poids
  • sa compacité
  • ses rangements
  • sa modularité
  • sa housse de protection de pluie

Points négatifs

  • les ouvertures pas toujours facilement accessibles
  • son absence de discrétion
  • les sangles un peu longues

Ressources :

  • Site de Lowepro
  • Acheter le sac sur Amazon
  • Vidéo officielle : des fois plus rapide qu’un long discours 😉

 

Slingshot Edge Series from Lowepro on Vimeo.

 

Rémy

Depuis le temps, faudrait que je teste le numérique quand même ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *