Test : CineStill BWxx

Ce mois-ci, on vous présente le film CineStill BWxx, un film noir et blanc tout en finesse, que nous a gentillement offert Nation Photo

La CineStill BWxx

Je connaissais le principe des films CineStill depuis un moment, mais n’avais jamais eu l’occasion de tester. Alors quand Nation Photo m’a proposé d’en parler, j’étais plutôt curieuse. Les films CineStill sont des émulsions qui étaient utilisées pour le cinéma. Celle qui nous intéresse aujourd’hui est un film noir et blanc ayant une sensibilité de 250 ISO en lumière naturelle et 200 ISO en lumière tungstène et qui a été utilisé dans le premier opus de Kill Bill, par exemple.

Scan brut de la CineStill BWxx

Son utilisation est très simple : rien de particulier à vous signaler, à part de faire attention à la sensibilité de vous allez utiliser. Personnellement, je suis partie sur des expositions en extérieur (une envie de balade !). Munie de mon fidèle Minolta XD-7, je n’ai pas pris de précaution de prise de vue particulière. Pour le développement, j’ai fais ma feignasse et j’ai tout envoyé chez Nation Photo.

Scan brut de la CineStill BWxx

A l’arrivée du film développé, j’ai été agréablement surprise : le film me semblait tout doux. Cette sensation a été confirmé avec le scan : aucune difficulté ! On a une jolie gamme de gris et surtout très peu de zones bouchées (hautes et basses lumières). Par exemple, j’ai facilement récupéré les hautes lumières, obtenant ainsi des images facilement traitables ultérieurement. Pour l’instant, ce traitement est uniquement informatique, mais je suis très curieuse de voir comment ce film se comporte sous agrandisseur. Dès que je le sais, je vous en ferai le retour.

Scan brut de la CineStill BWxx

Du grain ? Pour l’instant, il se fait très discret. Et pourtant les images sont extrêmement bien définies. J’ai également beaucoup apprécié l’excellente gestion des contre-jours. Bluffant !

Scan brut de la CineStill BWxx

En définitive, un joli film pour ceux qui aiment la douceur de jolis gris et des images bien définies !

Anaïs Carvalho

Parce que l'argentique est tellement plus sensuel...

4 thoughts on “Test : CineStill BWxx

  • 26 avril 2018 at 10 h 44 min
    Permalink

    Merci pour cet article – qui me donne envie de courir chez Nation photo en acheter un ou deux pour essai. Je ne doute pas qu’on saura me dire comment les développer avec de l’ID 11, mon révélateur attitré (pour films Ilford eux aussi mes « habituels ».
    Amitiés argentiques…

    Reply
  • 5 mai 2018 at 10 h 25 min
    Permalink

    C’est toujours un plaisir de constater que de nouveaux films sont proposés aux passionnés d’argentique Merci donc aux collègues qui s’en font l’échos et pratique les premiers essais !……Personnellement je ne suis pas convaincu par les résultats d’Isabelle . A mon avis ,beaucoup trop de gris et pas de vrai blanc sur les scans proposés . J’espère que les tirages papier donneront des résultats plus tranchés . je resterai donc fidéle au FP 4+ et HP5+ dans du Microphen
    Cdlt

    Reply
  • 16 août 2018 at 16 h 16 min
    Permalink

    Il s’agit de la Double X de kodak, disponible en bobine de 400 et 1000ft en 35mm, à bobiner soi meme sur des cartouche 135, elle est vraiment bon marché ! ( ref: eastman 5222 )

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *