Test : Rollei Infrared 400

Dans la série des procédés qui m’intriguaient, cela fait quelques années que je m’interrogeais sur l’infrarouge. Grâce aux Ateliers de Marinette, j’ai pu tester la pellicule Rollei Infrared 400.

Rollei Infrared 400

La Rollei Infrared 400 est avant tout une pellicule panchromatique mais sa particularité réside dans sa sensibilité spectrale étendue dans les infrarouges (au-delà de 700 nm). En effet, alors que notre Kodak Tri-X adorée n’est sensible à aucune longueur d’onde au-delà de 670 nm, la Rollei Infrared 400, elle, reste encore sensible jusqu’à 810 nm. Ainsi il s’agit d’une pellicule double emploi : panchromatique ou infrarouge.

Sensibilité spectrale de la Kodak TriX

Sensibilité spectrale de la Rollei Infrared 400

Etant donné sa large sensibilité spectrale, il est recommandé de la conserver à l’abri de la lumière et au frais. De plus, il est bon de la charger en faible lumière et de ne pas trop attendre après exposition pour la développer. En effet, pour cette pellicule, la gestion de la température et surtout des rayons directs du soleil est importante car ils sont sources de rayonnement infrarouges pouvant compromettre les images.

Rollei Infrared 400 : prise de vue classique

Rollei Infrared 400 : prise de vue infrarouge

En prise de vue classique, les images présentent une superbe gamme de gris avec très peu de zones bouchées que ce soit dans les hautes ou les basses lumières. Ce sont vraiment des rendus agréables. Pour indication, le développement a été fait en D76 et le grain est tout à fait correct.

Rollei Infrared 400 : prise de vue classique

Rollei Infrared 400 : prise de vue infrarouge

Pour les prises de vue infrarouge, je me suis aidée du filtre Cokin A007 qui nécessite la prise en compte d’une différence de 6 stop pour le calcul du temps d’exposition. Et c’est là, que nous sommes contents d’avoir une pellicule avec une sensibilité de base de 400 ISO puisque cela correspond à une sensibilité de 25 ISO avec le filtre infrarouge. Dans ces conditions, il est encore possible d’utiliser cette pellicule de façon simple en plein soleil.

Rollei Infrared 400 : prise de vue classique

Rollei Infrared 400 : prise de vue infrarouge

Pour une novice, les images infrarouges sont surprenantes et originales. J’ai eu quelques difficultés pour les scans. En effet, les images sont plus sombres et la gamme de gris moins étendue, rendant les scans plus compliqués. Mais avec un peu de patience cela se fait.

Rollei Infrared 400 : prise de vue classique

Rollei Infrared 400 : prise de vue infrarouge

En conclusion, je suis tombée sous le charme de cette pellicule dont la polyvalence permet des prises de vue classiques mais aussi d’explorer le monde étrange de l’infrarouge. Je ne peux que vous la conseiller.

Encore merci aux Ateliers de Marinette pour l’envoi gracieux de la pellicule !

Anaïs

Parce que l'argentique est tellement plus sensuel...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *