Eugène Atget et Paris

Aujourd’hui, je vous propose un voyage dans le vieux Paris avec les photographies d’Eugène Atget. Parisienne de naissance et férue d’histoire, ces images me touchent particulièrement.

La photographie permet de voyage et quoi de mieux que les images d’Atget pour remonter le temps, jusqu’au début du XX siècle.

Eugène Atget par Berenice Abbott

Eugène Atget est né en 1857 à Libourne. Suite au décès de ses parents en 1862, il déménagea chez ses grands-parents à Bordeaux. Après un cours séjour dans la marine, il monta à Paris en 1890 pour devenir comédien et peintre mais sans succès. C’est aux alentours de 1892 qu’Atget est devenu photographe et débuta son travail sur Paris. Il s’agit alors de prise de vue d’ambiance ainsi de portraits qu’Atget vendait en tant que « Documents pour artistes » (comme le stipulait la plaque sur la porte de son atelier).

Les terrassiers par Eugène Atget

A partir de 1898, son travail de documentation s’accéléra. En effet, à cette époque, la mairie de Paris sous impulsion du baron Haussman, entama de grands travaux de modernisation de la capitale et chargea Atget de documenter le « Vieux Paris ». Ainsi, il s’intéressa à tous les aspects de Paris, depuis les façades des magasins, jusqu’à l’intérieur des appartements. Il n’oublia pas non plus les personnes habitant la capitale et dressa de nombreux portraits des « vieux » métiers, depuis les simples artisans jusqu’aux prostituées en passant par les camelots ou les chiffonniers.

Les Halles par Eugène Atget

Il travaillait en chambre à l’aide de négatifs de verre de 18 x 24 cm et de focales courtes, ce qui lui permettait d’accentuer les lignes de fuite et la profondeur de champ. Au total, son matériel pesait près de 20 kilos, matériels qu’il baladait partout dans les rues de Paris. Il n’était pas un dingue de la technique à la recherche d’images toujours nettes et parfaites. Beaucoup de ses images présentent des flous (dus à la présence humaine ou à un flou de bouger), ce qui rajoute une dimension parfois fantomatique à ses clichés.

Pont Neuf par Eugène Atget

Le travail d’Eugène Atget est maintenant mondialement reconnu grâce à ses admirateurs de la première heure, Man Ray et Berenice Abbott en tête. En effet, en 1899, Eugène Atget et Man Ray vivaient dans la même rue de Paris et les deux photographes se côtoyaient, Man Ray allant jusqu’à acheter certaines photographies à Atget. Man Ray poussera même Eugène Atget à publier une photographie dans la revue La révolution surréaliste mais jamais l’auteur ne signa cette parution. Par la suite, Berenice Abbott, alors assistance de Man Ray, acheta également de nombreux clichés de l’artiste jusqu’à une grande partie de la collection d’Eugène Atget à sa mort (1927). En 1930, elle organisa la parution du premier album des images d’Atget.

Rue d’Alexandrie par Eugène Atget

Pour beaucoup, Atget était un photographe uniquement documentariste. Pour d’autres, il donnait une vision artistique aux rues et aux habitants de Paris. Pour d’autres encore, par ses flous et ses reflets, il modifiait à réalité du quotidien parisien. Pour moi, il est un mélange unique de tout cela mais surtout LE photographe du Paris mystérieux qui me fascine.

Intérieur d’un ouvrier par Eugène Atget

14 juillet par Eugène Atget

Rue Broca par Eugène Atget

Pour aller plus loin:

Exposition Eugène Atget à la BNF

Sur les traces du Paris d’Atget par Gallica

Le Paris d’Eugène Atget par Gallica

Exposition Eugène Atget au Carnavalet

Anaïs

Parce que l'argentique est tellement plus sensuel...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *