Entre avion et pellicules, pas besoin de faire un choix

Les vacances sont là, et comme nous, vous comptez partir avec quelques pellicules photos à exposer pendant votre périple. Mais voilà, vous devez prendre l’avion et vous savez que les pellicules n’aiment pas trop les rayons X. Ne paniquez pas! On fait le point avec vous.

Des consignes de sécurité s'appliquent aussi aux pellicules

Des consignes de sécurité s’appliquent aussi aux pellicules

Si vous êtes comme moi, il est hors de question de partir en voyage sans votre boitier argentique préféré et ses copines, les pellicules. Mais prendre l’avion, c’est exposer l’appareil mais surtout les pellicules aux rayons X qui peuvent endommager l’émulsion et ainsi voiler vos photos. Ce phénomène peut se produire sur des pellicules exposées ou non alors il faut prendre certaines précautions.

La première précaution est de passer vos pellicules
en bagage à main et JAMAIS en soute. Les rayons X utilisés pour vérifier les bagages en soute sont beaucoup plus puissants que ceux utilisés en cabine. Alors prenez le moins de risque possible, et faites un peu de place dans votre bagage cabine.

Il faut également savoir que plus les pellicules sont sensibles, plus il y a un risque de voilage. Il est communément admis que jusqu’à 800 iso il n’y pas de souci. Après, c’est risqué. C’est quelque chose qu’il faut se rappeler surtout si pendant votre voyage vous décider de « pousser » votre émulsion préférée.

Rappelez-ous aussi que les effets des rayons X sont cumulatifs. Autrement dit, plus vous passez une pellicule par le contrôle aux rayons X, plus vous augmentez le risque de voilage sur vos photos. Évitez donc de passer une même pellicule plus d’une dizaine de fois sous le portique (c’est un nombre que j’ai trouvé sur le net, sans l’avoir testé moi même). Vous pouvez alors noter les pellicules que vous avez pu emmener en voyage, sans les exposer (pour éviter de les reprendre lors d’un autre périple).

Maintenant sachez qu’il existe aussi des systèmes de protection pour vos pellicules
(surtout pour celles de hautes sensibilité). Des sacs ou des boites qui empêchent le passage des rayons X. Cependant, avec les nouvelles normes de sécurité aérienne, les douanes peuvent tout de même vous demander de passer les pellicules une par une aux rayons. Tout dépend sur qui vous tombez…

Vos pellicules ont passés les contrôles? C’est bon, les vacances peuvent commencer.

Anaïs Carvalho

Parce que l’argentique est tellement plus sensuel…

10 thoughts on “Entre avion et pellicules, pas besoin de faire un choix

  • 18 juillet 2013 at 10 h 40 min
    Permalink

    Quelques petites notes:
    – pour la dizaine de fois, je confirme. En amérique du sud, mes pellicules sont passées 7 ou 8 fois dans le détecteur sans problème
    – Mais pour éviter tout problème, les mettre dans un sac plastique transparent et demander à ce qu’elles soient checkées à la main. Elles ne passent alors pas par les rayons X. Si on vous dit qu’un seul passage ne leur fera pas de mal (certaines personnes sont flemmardes), expliquez que vous faites un long voyage, ce qui veut dire que vous allez passer pas mal de fois par des sécurités dans ce genre, et que vous avez poussé vos pellicules, donc même si c’est écrit « 400 asa » dessus, vous l’avez exposé comme une 1600 asa (même si c’est pas vrai, ça vous protège). Depuis que je fais ça, on ne m’a jamais refusé de les vérifier à la main. Mais ça peut quand même arriver.

    Reply
  • 18 juillet 2013 at 13 h 41 min
    Permalink

    A l’aéroport de Marseille; on m’a dit que c’était ok jusqu’à 1600 ISO. J’ai passé plusieurs rayons x … j’ai eu aucun problème de pellicules voilées. Par contre c’est vrai il vaut mieux les prendre avec ses bagages a main

    Reply
  • 4 septembre 2013 at 9 h 04 min
    Permalink

    Cet été passage par Charles de Gaulle avec 12 films 120 100-800 ASA. En demandant gentiment, et bien que le premier opérataur m’ait opposé « on ne teste qu’à partir de 1600 », le responsable a accepté que mes films passent au contrôle manuel. Ca n’est donc pas systématique, mais si on est sympa et qu’il n’y a pas 3 couples avec des enfants juste derrière vous, ça se tente !
    Au retour, aéroport de Vilnius, même topo avec un premier opérateur et un responsable conciliant. Dans le lot, à l’allé, une Portra 800 était restée dans le dos car entamée. Elle est passée une fois aux rayons sans soucis. Au retour un rouleau tombé au fond du sac est passé aux rayons, mais c’était qu’une 100 ASA : pas de soucis.

    Reply
  • 4 décembre 2013 at 15 h 18 min
    Permalink

    J’ai eu quelques expériences malheureuses avec des pellicules 120 iso400 (sans boîtier métallique comme pour les 135). Lors d’un long voyage en Amérique du Sud, j’ai du prendre une dizaine de vols et donc chaque fois un passage à la sécurité. Si une fois sur deux, je tombais sur quelqu’un de compréhensif qui acceptait de les vérifier « à la main » et de ne pas les passer sous les rayons X, j’ai du plusieurs fois batailler pour qu’ils ne passent pas sous les rayons (vu que je devais prendre beaucoup de vols avec les mêmes pellicules).
    Il est tout de même arriver deux fois où on ne pas laisser le choix. Une fois le gars de la sécurité un peu trop zelé l’a mis lui même sur le tapis sans que je puisse le reprendre et un autre fois j’ai été menacé de ne pas prendre l’avion (en Espagne).

    Il n’a suffit que deux fois pour que la moitié des photos d’un film (6 sur un film de 12) soit gâchées. Soit complètement blanches, soit avec des artefacts verts blanc sur les côtés de la photo.

    Une chose est sûr la prochaine fois, je m’achète un sac de plomb. Parce que à l’aéroport, vous n’aurez jamais raison !

    Reply
  • 10 septembre 2015 at 9 h 55 min
    Permalink

    Bonjour. Je vais partir en voyage pour environ 6 mois. Comme je veux voyager la plus légère possible, je me demandais comment faire avec mes pellicules utilisées tout au long du voyage. Vaut-il mieux les développer là-bas et ensuite les envoyer par courrier chez moi, par avion? Ou est-ce que je peux tenter des les envoyer directement sans les avoir développées sur place ou est-ce trop dangereux pour les images? Merci ^^

    Reply
  • 21 novembre 2015 at 14 h 26 min
    Permalink

    Merci pour cet intéressant article. J’ai cependant une question. Si je « pousse » un film de 400 ISO à 1600 ISO en fait je sous-expose de deux diaphs (que je compenserai lors du développement), je ne change pas sa sensibilité. Pourquoi un film poussé à 1600 ISO aurait la même sensibilité aux rayons-X qu’un film 1600 ISO d’origine? NB: la taille du grain du film poussé ne change pas.

    Reply
    • 26 novembre 2015 at 10 h 55 min
      Permalink

      J’avoue que tu me poses une colle… Je me renseigne et reviens vers toi =)

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *