Rencontre avec Justine Decroix

Crédit Photo : Justine Blondiegraphy Decroix

Crédit Photo : Justine Decroix

Bonjour Justine. Peux-tu te présenter en quelques lignes s’il te plait ?

Bonjour, bonjour ! Je m’appelle Justine, je suis une petite baroudeuse, basée sur Rouen. On dit souvent de moi que je suis un peu hyper active ou que j’ai des ‘punaises sous les fesses’ car je suis rarement en mode « pause » mais j’aime ça. Graphiste de métier et passionnée par la photo depuis toute petite, je la pratique réellement depuis maintenant un peu plus de 6 ans, essentiellement numérique jusqu’à il y a peu de temps.
J’aime à me dire que je ne prends pas seulement des photos mais que je raconte des histoires et que j’offre aux gens qui les regardent, un petit et léger moment de poésie, comme j’avais déjà confié à lomography.

Depuis combien de temps pratiques-tu la photographie argentique ?

Hmm… Cela ne fait pas très longtemps. Je dirais que j’ai commencé un peu à l’achat de mon Diana Baby 110 et que je m’y suis mise à fond car j’ai eu mon Canon AE1 Program il y a 6 mois (mon petit bébé que j’aime tant ! (haha)).

 

Crédit Photo : Justine Blondiegraphy Decroix

Crédit Photo : Justine Decroix

Quelles sont les raisons qui t’ont amenées vers la photographie argentique ?

Étant de 1992, je suis née dans un univers « numérique ». Les anciens caméscopes à cassettes disparaissent pour donner place au moderne et les appareils numériques se banalisaient… Donc l’argentique pour moi me paraissait inaccessible et trop compliqué. De plus, je suis un peu une flipette et j’ai un peu peur de tout ce que je ne connais pas, il faut que je l’avoue, alors forcément…
Puis un jour, je me suis dit que j’en avais marre de prendre des photos comme tous les touristes (lorsque je partais en voyage) : des photos sans âmes que l’on peut directement avoir sur internet. J’ai alors décidé de m’y mettre afin de donner une âme à mes images lorsque je voyage et lorsque je suis avec mes amis. Je trouve que l’argentique apporte ce mystère. On prend une photo, on ne sait pas si elle va être ratée. On capture vraiment un instantané. On ne pourra pas le reproduire parce qu’on a que 24 « chances », contrairement au numérique où tu peux bombarder.

Ensuite je parlais de l’âme. Personnellement, je ne développe pas tout de suite mes photos en rentrant de voyage ou de Week-End. J’attends « d’oublier » un peu tout ce que j’ai vu. Et quand je les envoie à développer, à chaque fois je bondis d’impatience de les recevoir mais une fois reçues elles me rappellent, un moment, un endroit, une phrase, un mot ou autre qu’on avait oublié. Voilà pourquoi l’argentique apporte pour moi de l’âme à une photographie.

Crédit Photo : Justine Blondiegraphy Decroix

Crédit Photo : Justine Decroix

 

Quel est ou quels sont tes appareils photos de prédilection ?

Comme je le disais juste au dessus, je ne peux plus me passer de mon Canon AE1 Program. Rien que pour son grain et son « physique » vintage… J’adore le vintage ! Pour le numérique, j’ai mon 5D mark II. Il est tout aussi génial. Et pour les soirées ou les petits weekends improvisés, le Diana Baby 110 se fait tout discret et dans les valises, il passe comme une crème !

Que fais-tu lorsque tu ne photographies pas ?

Lorsque je ne photographie pas… hmm… ben en ce moment je cherche un job de graphiste, donc je suis surtout à fond là dedans. Sinon quand je ne travaille pas, je pense, je réfléchis et cogite… j’observe surtout. Les sources d’inspirations sont partout pour moi, alors il m’arrive de rester en silence dans mon coin en soirée quelques minutes ou d’aller me poser seule dans un parc et d’observer les détails et l’attitude des personnes ou de l’environnement. De faire ça, cela m’apporte de l’inspiration et des idées, sinon j’essaie de voyager le plus possible.

Crédit Photo : Justine Blondiegraphy Decroix

Crédit Photo : Justine Decroix

Si tu devais choisir un film et un appareil là maintenant tout de suite …

Et bien, je choisirai le Lomo’Instant Honolulu, parce que je n’ai pas encore testé la photographie instantanée et que les appareils de Lomo ont l’air géniaux. Pour le film je ne sais pas honnêtement… mais si vous avez des propositions qui correspondent à mon univers je suis toute ouïe ! 🙂

Qui t’inspire ? (et pas forcément en argentique)

Comme je l’avais déjà confié à Lomography. « Je n’ai pas de source d’inspiration à proprement dire, il y a de très grands photographes que je suis depuis toujours comme Hedi Slimane ou Théo Gosselin. Et pourtant mes photos n’ont rien à voir avec les leurs. Je pense que l’inspiration est partout, dans le sourire de nos amis, une balade parisienne, dans un voyage mal organisé. Pour moi tout est source d’inspiration. Quelques films m’ont par exemple marqué et ont surement favorisé mon univers actuel comme «Alabama Monroe » de Felix Van Groeningen ou « Love » de Gaspar Noé. Tous ces films à émotions et qui se détachent du reste.

Crédit Photo : Justine Blondiegraphy Decroix

Crédit Photo : Justine Decroix

As-tu des thèmes photos favoris ? Je vois que tu pratiques le nu et surtout que tu travailles autour de l’intime.

Oui comme tu viens de le dire, je me concentre essentiellement sur le nu/lingerie désormais. Pour ce qui concerne la photo numérique, mes shootings ou mes projets photos tournent autour de ça. Je préfère ce genre de thème, pour l’émotion. Aujourd’hui, à travers mes nus et mes photos de lingerie, je ne montre pas que des corps. Les courbes d’un corps sont magnifiques mais je partage quelque chose de plus fort avec le public qui les regarde. Parfois un souvenir, parfois une interrogation, parfois un voyage, ou tout autre chose d’ailleurs. Je veux que lorsque l’on regarde mes images, on y entende presque les bruits ambiants, et que l’on puisse s’imaginer avoir été là lorsque la photo a été prise. Je veux que ce long silence qui se dégage,  parle au spectateur.
Concernant l’argentique c’est plutôt tout le reste. Rien ne va être préparé, ça va être la spontanéité comme la seconde partie de moi.

Tu nous as contacté notamment pour parler de ton travail « My another blondie ». Peux-tu nous en parler un peu plus s’il te plait ?

Comme expliqué juste au dessus, l’argentique concerne surtout cette autre partie de moi. C’est ce dont je veux parler et partager, mais qui n’est pas en rapport avec un projet spécifique ou un shooting ou autre. C’est juste ma vie. My another Blondie, c’est donc en faite la vie quotidienne à travers mes yeux, mes voyages, mes weekends et mes amis. C’est quelque chose de plus intime, comme l’envers du décor.

Travailles-tu sur d’autres projets en ce moment ? Du moins si tu peux en parler … 😉

Je suis actuellement en projet avec Mademoiselle Gloomy, une petite blogueuse, un autre avec Lomography puis je viens de terminer celui avec Maison Close Lingerie.

Pour le reste on verra, en tout cas, j’ai hâte de réaliser tout ça et d’avoir pleins d’autres projets.

 

 

Nous tenons à remercier Justine pour avoir passé du temps avec nous afin de parler argentique. Si toi aussi tu souhaites parler de ton travail argentique, n’hésites pas à nous envoyer un mail !

Rémy

Depuis le temps, faudrait que je teste le numérique quand même ;)

3 thoughts on “Rencontre avec Justine Decroix

  • 16 octobre 2016 at 16 h 12 min
    Permalink

    Bonjour Nathan, Je ne suis pas blogueuse, si ça peut répondre à ta question. 😉
    et je ne vois aucun intérêt de me faire de la pub ce n’est pas mon métier.
    A bientôt :).

    Reply
  • 16 octobre 2016 at 19 h 35 min
    Permalink

    Bonjour,

    D’autant plus que c’est nous qui lui avons demandé si Justine désirait nous parler de sa vision de la photographie argentique, et non l’inverse 😉

    A bientôt

    Reply
  • 16 octobre 2016 at 21 h 52 min
    Permalink

    Hello, Je n’ai aucun soucis avec ton commentaire, j’ai juste répondu a ton interrogation pour que tu sois éclairé, quand à ton avis, oui tout est bon à prendre ;).

    Bonne soirée, bonne continuation ! 😉

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *