Vous avez dit « bobineuse »??

Certaines références de films se trouvent encore sous forme de bobines d’environ 30m. Pour transformer cette longue bande en pellicule, il vous faut une bobineuse. Je vous explique ici, comment ça marche.

Bobineuse

Dayroll

1. Un petit problème de mathématiques

Une bobine de HP5+ coute environ 65 euros et correspond à environ 21 pellicules de 36 poses. Sachant qu’une HP5+ de 36 poses coute aux alentours de 5 euros, quelle est l’économie réalisée en fabriquant soi-même ses pellicules?

Solution:

21×5= 105 euros pour 20 pellicules achetées.

105-65= 40 euros d’économie!

Ainsi, acheter des bobines de films de 30m est financièrement très avantageux. Tout ce qu’il vous faut ce sont une bobineuse et des cartouches (que vous pouvez trouver sur la baie pour des sommes tout à fait raisonnables!). Je vous propose, ici, de vous montrer comment utiliser la bobineuse Dayroll Modèle II de chez Hama, mais le principe est le même pour toutes les bobineuses.

Voilà la bête au complet:

Bobineuse Dayroll

Bobineuse Dayroll

2. Ce qu’il faut faire pour fabriquer ses propres pellicules

  1. On retire la manivelle et on ouvre la bobineuse en ouvrant l’anneau moleté et en retirant le couvercle.

    Allez on ouvre l'ensemble!

    Allez on ouvre l’ensemble!

  2. Maintenant tout se passe en chambre noire ou dans votre super manchon. Il faut, dans un premier temps, tirer le bras de chargement, puis mettre la bobine de sorte à ce qu’elle se déroule dans le sens des aiguilles d’une montre. Attention de bien vérifier la capacité de votre bobineuse pour ne pas coincer le film et l’endommager.  On fixe, ensuite, l’amorce sur la roue dentée. Enfin, on fait passer l’amorce vers l’extérieur en poussant sur le levier d’étanchéité.

    Chemin du film

    Chemin du film

  3. On ferme la bobineuse avec le couvercle et l’anneau. Maintenant vous pouvez continuer à la la lumière du jour… =)

    L'amorce du film sortant dans le compartiment de chargement

    L’amorce du film sortant dans le compartiment de chargement

  4. Pour charger une cartouche, il vous faut du scotch et des ciseaux en plus de votre cartouche.
    Le nécessaire pour le chargement de la cartouche

    Le nécessaire pour le chargement de la cartouche

    On fixe l’axe de la cartouche à l’amorce, qui dépasse dans le compartiment de chargement, à l’aide de scotch. La fixation doit se faire pour permettre un chargement dans le sens des aiguilles d’une montre.

    Fixation de l'axe de la cartouche à l'amorce

    Fixation de l’axe de la cartouche à l’amorce

  5. On remet l’axe dans la cartouche. On n’oublie surtout pas de refermer la cartouche!!
  6. On rentre le plus possible l’amorce dans la cartouche de sorte à pouvoir fermer le compartiment de chargement.

    La cartouche dans le compartiment de chargement

    La cartouche dans le compartiment de chargement

  7. On ferme le compartiment de chargement.
  8. On introduit la manivelle dans son orifice, le plus loin possible pour, d’une part, bloquer le compartiment et éviter les ouvertures inopportunes et d’autre part, pour un chargement optimal.

    On fait tourner la manivelle...

    On fait tourner la manivelle…

  9. On met le curseur de chargement sur S (start). Et on tourne la manivelle dans le sens des aiguilles d’une montres, jusqu’à avoir le nombre de poses chargées désirées. (Z’avez vu en dessus y’a l’indicateur de ce qu’il vous reste sur la bobine… =) Pratique non? )

    Y'en a un peu plus je vous le laisse?

    Y’en a un peu plus je vous le laisse?

  10. On retire la manivelle. On ouvre délicatement de compartiment de chargement. Et on récupère notre pellicule en coupant l’amorce.

    Y'a plus qu'à récupérer la pellicule!

    Y’a plus qu’à récupérer la pellicule!

Il en nous reste plus qu’à exposer tout ça!! Bons clichés!!

Je fais un gros bisous et un merci à Alexandre Maller pour le prêt de sa bobineuse!!

Cartouche fraichement chargée

Cartouche fraichement chargée

Anaïs Carvalho

Parce que l'argentique est tellement plus sensuel...

18 thoughts on “Vous avez dit « bobineuse »??

  • 20 décembre 2012 at 10 h 50 min
    Permalink

    Chouette article qui montre à quel point c’est simple de préparer ses propres bobines.

    Ça a vraiment pas mal d’avantage en plus du financier, faire des petites bobines pour changer plus facilement/rapidement de film et de sensibilité !

    Un point qui manque à mon sens dans l’article, quel budget compter pour une bobineuse et quelques cartouches ?

    Reply
    • 21 décembre 2012 at 10 h 00 min
      Permalink

      En neuf il faut compter environ 70 euros pour la bobineuse et 1 euro par cartouche… Après en occasion je ne sais pas trop. J’ai du mal à trouver des annonces mais je pense que l’on peut en trouver pour une vingtaine d’euros.

      Effectivement le fait de faire des petites bobines est un atout considérable (notamment pour le changement de sensibilité). Malheureusement, tous les films ne se trouvent pas en bobine. Actuellement on trouve principalement des N&B.

      Reply
  • 20 décembre 2012 at 12 h 22 min
    Permalink

    Je pense aussi qu’au delà de l’aspect financier, le gros intérêt est de pouvoir faire des pellicules de 12 poses qu’on peut développer le soir même ou qu’on peut terminer rapidement pur changer de senibilité (surtout avec des films polyvalents n&b comme le hp5+ ou tri-x).
    Pour ce qui et du prix de la bobineuse, c’est amorti avec la première bobine de film. Je voulais surtout laisser un commentaire à propos des cartouches vides (souvent livrées avec la bobineue), je trouve celles en plastique (avec le couvercle qui se visse) un peu plus fiables que celles en métal (avec les couvercles qui se clipsent).

    Enfin, un très bon conseil nous a aussi été donné au taag de Noël : si les cartouches s’usent, il y a un risque que les feutrines deviennents moins etanches à la lumière ou que des particules se glissent dedans et risquent de rayer votre film sur toute sa longueur. Inspectez les feutrines avant de bobiner et dans le doute changez de cartouche!

    Reply
    • 26 décembre 2012 at 16 h 43 min
      Permalink

      Je rejoint ce commentaire. Au delà du côté économique, la possibilité de faire des bobines de 12 poses est appréciable.

      Merci pour cet article. :o)

      Reply
  • 20 décembre 2012 at 22 h 23 min
    Permalink

    ça donne envie de se mettre à bobiner tout ça 😉

    Reply
  • 21 décembre 2012 at 11 h 39 min
    Permalink

    Excellent, je ne connaissais pas.
    Je vais de ce pas voir s’il existe ce genre de truc pour de la pellicule 120 !
    (si vous avez de l’info à ce sujet, n’hésitez pas 🙂 )

    Reply
    • 22 décembre 2012 at 13 h 04 min
      Permalink

      pour du 120 il faudrait recycler les papiers de doublure … qui finissent par fatiguer. Ce qui serait interessant c’est de faire du 220, on n’en trouve plus en diapos – je fais des diapos de paysages (montagne) en 6×9, et c’est penible de devoir changer de rouleau toutes les 8 photos, surtout la ou on ne trouve pas d’ombre (cache sous le kway…). Du film cine 70mm est-ce la meme largeur?

      Reply
  • 15 janvier 2013 at 22 h 08 min
    Permalink

    il manque juste un petit post a cet article
    mettre une étiquette avec le type de film sur la cassette car lorsque vous aurez bobiné plusieurs types de films vous ne pourrez plus dire ce qu’il y a dans vos cassettes
    Pour le film 120 non cela n’existe pas
    Pour le 70mm il fait comme son noms l’indique 70mm et le film 120/220 fait lui 60mm

    Reply
    • 17 janvier 2013 at 9 h 34 min
      Permalink

      Merci Jean-Paul d’avoir confirmé mes craintes.
      J’avais en effet cherché, mais rien trouvé.
      Du coup, j’arrête de m’acharner ^^

      Reply
  • 28 janvier 2013 at 14 h 14 min
    Permalink

    J’ai longtemps pratiqué le bobinage maison et niveau cartouche j’ai un conseil, faire le tour des labos autour de chez vous et récupérer des cartouches vides Kodak. Un petit bout de film devrait dépasser des mousses et vous permettre d’accrocher le votre. Ce bout de film est fixer à l’axe par un adhésif très résistant (plutôt qu’en étt clipsé dans l’axe comme avec les Fuji).
    A utiliser une fois et à remplacer. Coût 0 euros !

    Reply
  • 20 septembre 2013 at 13 h 58 min
    Permalink

    Bonjour,

    Je cherche un site où l’on puisse trouver des bobines de film 35 mm.
    Quelqu’un aurait-il une bonne adresse ?

    Merci d’avance

    Reply
  • 23 janvier 2014 at 11 h 55 min
    Permalink

    On peut même se passer de bobineuse, mais il faut une chambre noire. Il suffit de couper 1,70m de film pour 36 poses, ou 1,00m pour 24 poses, ou … (calculez vous mêmes !). Le plus simple est de se faire une pige avec une ficelle portant des nœuds aux bonnes longueurs. Pour ne pas sacrifier l’émulsion, le port de gants de coton ou de latex est vivement recommandé.
    Bon, maintenant j’ai aussi une bobineuse – et même deux car j’ai récupéré une petite SOMMOR de collection.

    Reply
  • 18 avril 2014 at 11 h 49 min
    Permalink

    Bonjour a tous
    Moi je les bobines a la main, je fait des 12-15 poses ou des 30 poses, je scotche 2 crayon sur mon plan de travail pour avoir la mesure approximative et hop…
    Attention a respecteur le sens de bobinage et de ne pas inverser la bobine receptrice (gros cote depassant!).
    Un trux a faire egalement, note sur l’amorce de quel type de film (hp5+ etc..) car sinon vous risque de vous tromper a l’exposition et au devellopement…

    Reply
  • 15 juin 2014 at 15 h 25 min
    Permalink

    Bonjour,

    C’est en effet intéressant , surtout après les premières 35 pellicules bobinées en 36 poses, qui correspondent à la quantité de pellicules bobinées qui amortissent la bobineuse.

    Qulqu’un pourrait me renseigner sur la meilleure source européene de Tri-x en bobines ? je ‘en vois qu’aux US et après les frais de douanes et tout le tralala l’économie est moins intéressante. Alors je source en grosse quantité cette fameuse tri-X en cartouches standard 36, mais sourcer de la bobine serait en effet beaucoup plus intéressant !

    Merci de vos lumières !

    Alexis

    Reply
  • Pingback: Derrière une vitre – photographie noir et blanc argentique – Kodak TMAX 100 | Histoires de photos argentiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *