Rencontre avec Edouard Compere

Pour cette nouvelle interview, nous prendrons la direction de l’Allemagne et nous rencontrerons Edouard Compere !

Bonjour Edouard. Peux-tu te présenter en quelques lignes s’il te plaît ?

Salut ! J’ai 26 ans et je vis à Berlin depuis environ 7 ans. Je suis étudiant et la photographie est à peu près mon passe-temps principal. Je ne m’appellerais pas un photographe, mais cela me prend beaucoup de temps, d’argent et d’attention. Alors peut-être que je suis au moins un demi-photographe… Je tire presque exclusivement en noir et blanc car je peux le traiter moi-même à la maison. J’utilise la plupart des formats : du demi-format jusqu’au grand format 4×5. Mon agrandisseur me permet de tirer tous ces formats.

L’idée de proposer quelque chose « hors du temps » fait son chemin dans ma tête depuis un certain temps maintenant, mais cette idée doit encore se réaliser plus concrètement. Peut-être que cette entrevue pour ce superbe site en ligne est une bonne première étape. 🙂

En dehors de la photographie, il n’y a vraiment pas grand-chose à faire car je suis un homme à la maison. Je préfère trouver la magie dans ce qui est autour de moi plutôt que de faire de grandes aventures.

 

Crédit Photo : Edouard Compere

Crédit Photo : Edouard Compere

Depuis combien de temps pratiques-tu la photographie argentique ?

Mon premier appareil photo argentique était un Holga en plastique que j’ai acheté en 2008. Mais comme je n’ai réalisé que deux pellicules avec (et je n’ai vraiment pas eu de bonnes photos), je ne le considère pas comme faisant partie de ma « chronologie officielle ». J’ai donc commencé à photographier sérieusement pendant environ 2 ans et demi lorsque j’ai eu mon premier SLR, un Olympus OM2n.

Pourquoi pratiques-tu la photographie argentique ?

Je possédais un appareil photo numérique et j’aimais prendre des photos sans vraiment être satisfait du résultat. Il y a toujours un meilleur appareil très prometteur pouvant être la clé pour améliorer les images mais je n’avais pas l’argent pour l’obtenir. Tout en lisant sur la photographie numérique, je me suis souvenu de mon Holga, appareil photo que j’avais acheté quelques années auparavant, alors j’ai commencé à regarder ce que je pouvais faire avec les appareils photos argentiques. J’ai été très heureux de constater qu’ils sont (en général) beaucoup moins chers que les appareils photo numériques, alors j’ai décidé d’acquérir un SLR et de commencer le tirage.

J’ai également été attiré par les aspects mécaniques de ces appareils. J’ai toujours aimé les machines et le sentiment d’avoir un morceau de métal complexe dans mes mains.

Dès qu’un film était terminé, j’ai constaté que j’avais bien apprécié le processus et les résultats que je venais de sortir. Je suis désespéré avec un appareil photo numérique. J’ai vu une amélioration constante de mes photos en étant en argentique.

Maintenant que je fais tout moi-même (développement, scan et tirage chez moi), j’ai un contrôle total sur mes images. Je sais aussi que je les aurai pour toujours. Mon grand classeur de négatifs ne va pas n’importe où. Je n’ai pas besoin de créer des sauvegardes dans des clouds ou d’autres systèmes complexes.

Mes raisons pour l’usage de la photo argentique :

Contrôle total de l’image : je peux choisir le film, le format, l’objectif, le révélateur, l’agrandisseur, l’objectif de l’agrandisseur, le papier, le révélateur papier afin d’accéder à mon impression finale. Personne, sauf moi, ne prend ces décisions, et non un programme automatique. Avoir le choix est le plus important ici. Les processus automatiques peuvent être aussi bien seulement si c’est ce que vous voulez.

Les images sont réelles : un fichier numérique est juste un ensemble de données qui nécessite l’existence d’un ordinateur. Vous pouvez maintenir un négatif sur la lumière et voir l’image. L’immédiateté du moyen le rend très personnel.

C’est bon marché : je possède plus de 10 appareils photos argentiques fonctionnels, et tous ensemble, ils me coûtent probablement moins qu’un reflex numérique haut de gamme avec une bonne lentille. Compte tenu des avantages, le film et les produits chimiques associés ne sont pas très onéreux.

Le look : j’apprécie les images que je produis. Peut-être que je pourrais avoir les mêmes effets avec certains presets dans Lightroom avec des RAW mais ce serait beaucoup moins amusant.

Le processus : j’aime vérifier avec mon posemètre comment la lumière a changé. J’aime l’odeur des produits chimiques dans la salle de bains, le son des produits chimiques à l’intérieur des bidons. J’aime fabriquer des bandes de test dans la chambre noire. Tout cela contribue à penser que j’ai effectivement fait quelque chose, un mouvement créatif continu, du viseur au tirage.

Crédit Photo : Edouard Compere

Crédit Photo : Edouard Compere

Quels sont tes appareils photos argentiques préférés ?

Mon premier et sérieux appareil était un Olympus OM2n SLR. C’est l’un des appareils que j’utilise le plus actuellement. Le meilleur système SLR qui existe ! N’écoutez pas les gens qui disent le contraire. C’est petit, c’est sexy et il y a des tonnes de bons objectifs.

L’appareil qui m’a le plus impressionné est le Mamiya RB67 Pro S. C’est énorme et lourd. Ça fait des sons qui vous menacent lorsque vous l’utilisez, mais le petit gars fait des images superbes. Le format 6×7 est également très agréable et cela rend la tâche facile pour composer selon moi.

Cependant, l’appareil argentique qui me permet d’être le plus créatif est peut-être mon Olympus Pen-FT. C’est un Half-Frame permettant d’obtenir 72 images sur un seul rouleau. Les ingénieurs magiques de chez Olympus ont travaillé dans la création de cette merveilleuse machine qui fait rêver. C’est un SLR plein de fonctionnalités ergonomiques et magnifiques qui vous libère, simplement pour essayer des choses. Et comme accessoire de mode, il bat n’importe quel Leica. 😉

L’appareil photo le plus stimulant que je possède toujours est ma chambre photographique 4×5 Crown Graphic. Le grand format n’est pas difficile, mais c’est un défi. J’essaie toujours de prendre les meilleures photos que je peux même si je ne réussis pas toujours.

Parmi ceux que j’utilise le plus, il y a le Zeiss-Ikon Super Ikonta 531 (moyen-format 6×4,5), le Meopta Flexaret VI (moyen-format 6×6), l’Olympus Trip 35 (35mm) et last but not least un Leica IIIf.

Crédit Photo : Edouard Compere

Crédit Photo : Edouard Compere

Que fais-tu lorsque tu ne photographies pas ?

J’étudie surtout l’histoire de l’art et j’écrirai ma thèse de baccalauréat sur de jolies pierres tombales du XIVe siècle.

Si tu devais choisir un film et un appareil photo. Quel serait ton choix ?

Quelle horrible question ! Ce serait probablement une division égale entre mon Pen-FT ou mon RB67. Tous les deux chargés avec de l’Ilford Delta 400. Soit beaucoup d’images pour raconter des histoires, soit seulement quelques très bons souvenirs.

Quel photographe t’inspire?

Je dois avouer que je suis malheureusement mal informé lorsqu’il s’agit d’autres photographes, donc je ne peux pas vraiment donner beaucoup de noms. Les photographies que j’admire le plus proviennent principalement de deux mouvements photographiques : le pictorialisme et le début du 20ème siècle.

Les pictorialistes ont créé des images de beauté d’antan et ont été vraiment loin dans l’expérimentation en ce qui concerne le support photographique réel. J’apprécie leurs efforts pour déplacer la photographie au-delà de la «reproduction» de la réalité visible. La photographie ne doit pas être réaliste, ni d’une fidélité totale au réel. Cela est encore pertinent aujourd’hui, le pixel-peeping, les dimensions des capteurs mais aussi la photomanipulation. Voici quelques noms : Stieglitz, Demachy, Steichen et Käsebier.

Au début du 20ème, j’aime surtout les images de Man Ray et l’expressionnisme en général. Tout ce qui, je suppose, renvoie à cette notion de la photographie qui n’est plus qu’une simple reproduction de la visibilité.

Je ne sais pas si ces influences se font sentir dans mon travail mais elles m’intéressent certainement dans la façon dont je pense la photographie.

Crédit Photo : Edouard Compere

Crédit Photo : Edouard Compere

As-tu des thèmes photographiques préférés ?

Je ne connais pas beaucoup de gens qui aiment être photographiés, donc je ne fais pas beaucoup de portraits et autres. En conséquence, je prends surtout des photos de choses mortes et immobiles : l’architecture, les œuvres d’art (spécialement les sculptures) et les petits morceaux de la nature.

Je pense que je suis surtout intéressé à montrer des fragments, des motifs et des compositions statiques, car je pense que ces choses peuvent avoir beaucoup d’émotion. Je ne suis pas très intéressé par le mouvement ou la vie dans la rue mais ce que je trouve le plus ennuyeux de tout, ce sont les paysages. Pourquoi voudrait-on photographier un paysage (ou peut-être que je suis juste très mauvais en photographie de paysages …) ?

Travailles-tu sur des projets spécifiques en ce moment ?

J’essaie de rassembler mes images d’architecture sur Berlin et de les éditer dans une sorte d’essai photographique, reflétant la nature inhumaine de l’architecture moderne/post-moderne. Les images montrant une ville qui est une métropole et pourtant complètement vide d’êtres humains voire inadaptée pour l’habitation humaine, étant plutôt conçue pour les machines.

Peux-tu nous dire comment te contacter et comment voir ton travail ?

Je n’ai pas encore de site Web. En attendant, les gens doivent aller à flickr pour voir mes travaux : https://www.flickr.com/photos/142682998@N03/

 

Nous tenions à remercier Edouard pour le partage de son travail photographique avec nous. Cet échange a eu lieu il y a de nombreux mois et nous n’avions pas trouvé le temps de le traduire complètement.

Crédit Photo : Edouard Compere

Crédit Photo : Edouard Compere

Rémy

Depuis le temps, faudrait que je teste le numérique quand même ;)

One thought on “Rencontre avec Edouard Compere

  • 25 avril 2019 at 11 h 11 min
    Permalink

    Les photos sont très belles, surtout la dernière, la lumière ! merci Rémy
    Je lis tous les mails reçus.
    Cordialement
    Elise

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *