Test Matériel : Mamiya 645

Mamiya 645

Mamiya 645

1. Un peu d’histoire

Le Mamiya 645 1000S est l’un des premiers de la série. Il a été décliné en plusieurs versions dont notamment une qui allait jusqu’au 1/500ème, le M645J.  La marque Mamiya souhaite séduire aussi bien les pros que les amateurs avertis avec ce nouvel appareil, d’autant plus qu’à l’époque, Bronica était un concurrent très sérieux. Succès commercial ou pas, intéressons-nous à cet appareil qui semble promettre pas mal de choses.

2. Le Mamiya 645 1000S

Voici la fiche technique :

  • Origine : Japon
  • Date de fabrication : 1976
  • Format de film : 120 / 200
  • Cellule : Non
  • Mode(s) d’exposition : Manuel
  • Sélecteur d’ISO : Aucun sélecteur d’ISO
  • Vitesse : de B à 1/1000 ème
  • Nombre de poses : 16 ou 32 vues
  • Pile : 6 volts type V28PX ( 4SR44)
  • Accessoires : Poignée
  • Prix constaté : environ 200 euros

3. Sur le terrain

L’objectif standard est un 80mm sekkor, ouvrant de 2,8 à 22. Le côté assez fun (qui peut ne pas l’être pour certaines personnes) est que lorsque vous changez de diaphragme, la luminosité se modifie automatiquement dans le viseur. On fait la mise au point à 2,8 et on shoote à 11 😉

Sur le terrain, il s’agit d’un appareil assez simple à utiliser. Une fois que la mesure de la lumière est faite, il ne vous reste plus qu’à régler l’ouverture, la vitesse, faire la mise au point et shooter. La prise en main est assez agréable.

Mamiya 645

Objectif standard 80mm 2.8

La partie gauche de l’appareil est assez simple. Il y a la molette de sélection de la vitesse et les emplacements pour les câbles de synchronisation de flash.

 

Mamiya 645

Côté gauche de l’appareil avec les prises pour la synchro flash

Afin d’éviter un déclenchement dans son sac sans le vouloir, il y a la possibilité de bloquer la prise de vue en se mettant sur le symbole Stop présent sur la molette sélective de la vitesse.  Ce symbole permet d’utiliser un prisme pour la prise de vue. Au moment de la prise de vue, il ne faut donc pas oublier de mettre la bonne vitesse, sinon, il ne sera pas possible de déclencher. Nous le verrons un peu plus bas, mais il existe un second mécanisme de blocage.

Mamiya 645

Molette de sélection de la vitesse

A droite, nous pouvons voir le compteur de vue, la poignée d’avancement de films, la multi-exposition et la petite molette pour relever le miroir.

 

Mamiya 645

Manivelle d’avancement de film

 

Mamiya 645

Vue un peu plus proche de la partie droite de l’appareil photo

 

Le second mécanisme de blocage se situe sur l’un des deux déclencheurs. Vous le comprendrez aisément mais sur la photo ci-dessous, le blocage est activé. Aligner les deux points blancs permet donc de désactiver le blocage. Contrairement à ce que je pensais, ce bouton ne permet pas de couper l’alimentation de la pile.

Mamiya 645

Déclencheur

 

Cette molette permet donc de relever ou pas le miroir à la prise de vue.

Mamiya 645

Molette permettant de relever le miroir de l’appareil

 

Contrairement à d’autres appareils de type moyen-format à objectifs interchangeables, le Mamiya 645 possède un dos intégré à son corps. Il n’y a donc pas possibilité d’avoir plusieurs dos avec différentes pellicules. La pellicule s’enroule dans une cassette qu’il faut ensuite mettre dans l’appareil. C’est l’un des seuls points négatifs que nous pourrons faire sur cet appareil.

Mamiya 645

Cassette d’insertion de films 120

 

Vous pourrez trouver le manuel (en anglais) sur le site de Mamiya en cliquant ici et quelques informations complémentaires sur le site collection-appareils.fr.

4. Verdict

 

Le Mamiya 645 1000S est un très bon appareil qui n’est pas ruineux pour les personnes désireuses de se (re)mettre au moyen format. Je le trouve assez compact pour un appareil offrant le format 6×4,5 (entre 15 et 16 photos pour chaque rouleau 120).

Au niveau de l’ergonomie, on s’y fait assez rapidement à l’usage. La mise au point est simple, fluide et précise. Cependant, son usage n’est pas orienté « photographie de rue », hormis si l’on fait des photographies de paysage, en prenant son temps tout simplement. L’utilisation « studio » (ou portrait posé par exemple) reste tout de même l’un de ses domaines de prédilection.

En discutant avec plusieurs possesseurs du Mamiya 645, l’une des choses qui est récurrente est le bruit. Le son produit au déclenchement est d’une beauté assez impressionnante. Nous aimons ce bruit, nous le recherchons également.

Voici quelques images d’exemples réalisées avec l’appareil :

 

 

Mamiya 645 - Paris - Tri-X - LC29

Mamiya 645 – Paris – Tri-X – LC29

Mamiya 645 - Paris - Tri-X - LC29

Mamiya 645 – Paris – Tri-X – LC29

Rémy

Depuis le temps, faudrait que je teste le numérique quand même ;)

9 thoughts on “Test Matériel : Mamiya 645

  • 2 juillet 2015 at 14 h 27 min
    Permalink

    Je me permets une petite remarque, étant possesseur d’un M645 1000s : la visée ne se fait pas à diaph réel, et si c’est le cas sur votre exemplaire, c’est qu’il manque un élément.

    En effet si les objectifs ont des petites « oreilles de lapin », comme sur les anciens objectifs Nikon, c’est bien pour coupler un petit bras/levier (présent sur le boitier) à l’objectif.
    Je vois bien les oreilles sur le 80mm des images ci-dessus, mais rien pour coupler le tout au boitier et permettre la préselection du diaph.

    Le M645, permet même, avec le viseur prisme approprié, d’avoir l’automatisme à priorité ouverture, comme sur un reflex 24×36 classique.

    Jérôme B.

    Reply
  • 6 juillet 2015 at 11 h 11 min
    Permalink

    La visée se fait comment? Sur les biobjectifs de mamiya, ça se faisait avec une loupe, mais ici, il y a un stigmomètre ou un système du genre?

    Reply
    • 8 juillet 2015 at 11 h 01 min
      Permalink

      En fait, cela dépend de ce que tu as comme viseur. Tu peux aussi bien avoir un viseur « sport » (stigmomètre) et un viseur « poitrine » avec la loupe comme pour un bi-objectif.
      Dans le cas présent, j’avais un viseur sport.

      Reply
  • 9 juillet 2015 at 22 h 17 min
    Permalink

    C’est un très bon appareil pour entrer dans le moyen format. Belle qualité d’image à un prix abordable et chose rare en moyen format, celui-là montre à 1/1000 (contre en général 1/500)

    J’ai le 645J et je ne le regrette pas 😉

    Reply
  • 12 octobre 2015 at 13 h 33 min
    Permalink

    votre article comporte beaucoup d’erreurs…:

    -le point rouge sur la roue des vitesses n’est pas un bouton stop mais permet d’utiliser un viseur avec cellule intégrée. dans ce cas on met la roue des vitesses du boitier sur le point rouge et on utilise la roue de vitesses du viseur qui « pilotera » le boitier.
    -ce même point rouge ne bloque pas du tout le déclenchement!
    -le verrou de déclenchement point rouge/point blanc est un verrou mécanique et il ne met pas la pile hors tension. (ce serait trop beau)

    Reply
    • 24 janvier 2016 at 21 h 57 min
      Permalink

      Bonjour,
      Merci pour vos corrections. J’ai apporté des modifications sur l’article.
      En revanche, le bouton stop me permettait bien de ne pas déclencher. Ce n’est peut-être pas le but premier de ce bouton mais il m’était impossible de déclencher lorsque le sélecteur de vitesse était dessus.

      Reply
  • 1 janvier 2017 at 12 h 23 min
    Permalink

    Bonjour
    J aurait voulu savoir si le boîtier du M 645 était identique a celui du 1000s

    Peut-on inter changer les viseurs prisme ?

    Merci pour votre aide !

    Reply
    • 2 janvier 2017 at 15 h 01 min
      Permalink

      Bonjour,
      Le 1000s est un M645. Cependant, il y a eu plusieurs déclinaisons, le Pro, le Pro TL, AF, etc … qui eux sont différents.
      Le prisme peut être changé en effet.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *