Test : Fed 3B, voyage argentique en ex-URSS

Fed 3B

Ce voyage nous transporte à Kharkiv, capitale de l’ex « République Socialiste Soviétique d’Ukraine » jusqu’en 1935.

Un peu d’histoire

La « Commune de travail FED », sorte de maison de redressement, est créée en 1927. Son but est « la réinsertion par le travail des adolescents sans famille ou au comportement asocial ». (source : Sylvain Halgand sur http://www.collection-appareils.fr)

La production en série d’appareils photo durera plus de 60 ans, entre 1934 à 1996, avec tout de même plus de 8 millions de boitiers sortis des usines ! Pour autant les boitiers Fed sont peu courant en France. Il m’a fallu quelque temps avant de dénicher un exemplaire auprès d’un collectionneur parisien.

Le boitier en détail

  • Origine : ex-URSS (Ukraine)
  • Date de fabrication : 1964
  • Format de film : 24×36 (35 mm)
  • Visée : télémétrique
  • Cellule : non
  • Mode(s) d’exposition : aucun
  • Sélecteur d’ISO : aucun
  • Vitesse : de 1 sec à 1/500 ème et pose B
  • Retardateur : oui (10s)
  • Compte-pose : mécanique avec remise à zéro
  • Flash : aucun
  • Poids : 722 grammes
  • Dimensions : 14 x 9,1 x 7,8 cm
  • Pile : aucune
  • Couleur : noir (liseré bleu)

J’ai porté mon dévolu sur le modèle « 3B » fabriqué en 1964. Il se différencie du modèle « 3A » par la présence d’un levier d’armement. Les fidèles du #TAAG l’auront aperçu lors du rendez-vous de septembre 2015.

En général, les collectionneurs recherchent plutôt les modèles « Fed 1 » et « Fed 2 » pour leurs formes et leurs lignes, proche des Leica M de la même époque.

En effet, Fed, Zorki et autres Ki evsont aisément rangés dans la catégorie des copies de Leica M, non pas par la similitude de leurs caractéristiques (les différences sont nombreuses selon les puristes) mais plutôt par la volonté des Russes de concurrencer la célèbre firme de Wetzlar.

Côté budget, un boitier Fed 3 ne coûte que quelques dizaines d’euros.

Le mien porte un élégant liseré bleu le long du métal, d’où mon coup de cœur…

Il m’a été vendu avec un objectif de la marque Industar (f2,8 de 55 mm, monture M39, celle inventée par… Leica. A ce titre, on est bien dans la copie de brevet).

Fed 3B

Fed 3B

Dans la pratique

L’arrière du boitier coulisse vers le bas en dévissant 2 clés. Le chargement de la pellicule se fait sans trop de problème, il faut toutefois veiller à ce que le film soit bien pris dans les griffes. Le rembobinage du film s’effectue en soulevant et tournant la molette servant également au déclenchement.

Pour mon essai, j’ai utilisé le film noir et blanc « Fomapan 100 ASA », fabriqué en République Tchèque, histoire de rester un peu dans l’ambiance « ex-URSS » ! Cette firme a démarré son activité en 1921.

Le choix de la vitesse se fait en soulevant la molette correspondante et en la faisant tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Conseil : en situation de prise de vue, autant fixer la vitesse et ne plus en bouger…

Très important : le réglage des vitesses ne s’effectue qu’une fois le film réarmé sous peine d’endommager tout le mécanisme !

Pour mon test j’ai réglé la vitesse à 1/125e afin de pouvoir appliquer la règle du « Sunny F/16 » sans trop d’effort.

Fed 3B

Fed 3B

L’obturateur est un rideau textile de type « plan focal horizontal » (à vos souhaits !). Lors de l’achat, il est important de contrôler son bon fonctionnement, il doit se déplacer sans difficultés à toutes les vitesses.

Fed 3B

Fed 3B

Le viseur télémétrique situé à gauche est assez étroit. On ne voit pas forcément toute l’image, d’autant qu’il est très sombre. Avec un peu de pratique, on fini par s’y accommoder… La coïncidence d’images s’effectue au centre d’un petit point lumineux. Là encore, mieux vaut prendre son temps au début…

Verdict

A plus de 700 grammes, le Fed 3B fait sentir son poids dans le sac fourre-tout, ce qui en fait par ailleurs un boitier très robuste !

Il n’est pas tellement conseillé à celles et ceux qui voudraient démarrer leur aventure dans l’argentique parce que les réglages peuvent paraître fastidieux, voire même laborieux. N’oubliez pas de vous munir d’une cellule ou d’un boitier équipée de cellule.

Malgré un apprentissage un peu rude, j’ai ressenti beaucoup d’enthousiasme en utilisant le Fed 3B (ah le vacarme de l’obturateur !). C’est un boitier finalement très attachant, il figure clairement dans le « TOP 5 » de mes boitiers préférés.

L’objectif Industar tire son épingle du jeu à f/8 et f/11. A ces ouvertures, il offre beaucoup de contrastes et un joli piqué.

Attention tout de même car les tolérances d’exposition sont aussi étroites que le viseur. Beaucoup de mes images étaient surexposées sur le négatif. Dans le doute,  pensez à fermer le diaphragme d’une valeur.

« Poputnogo vetra ! »*

(* « Bon vent » en Russe)

Quelques images

Crédit Photo : Rémy Grenier

Crédit Photo : Rémy Grenier

 

Crédit Photo : Rémy Grenier

Crédit Photo : Rémy Grenier

 

Crédit Photo : Rémy Grenier

Crédit Photo : Rémy Grenier

 

Crédit Photo : Rémy Grenier

Crédit Photo : Rémy Grenier

 

Crédit Photo : Rémy Grenier

Crédit Photo : Rémy Grenier

Rémy Grenier

Découvre la photo à travers le "stigmomètre à champ coupé diagonal" du Pentax P30t, il y a 25 ans... puis ma "libido photographique" s'endort un peu avec le numérique... avant de renaître dans les sels d'argent, le moyen-format, le sténopé...

3 thoughts on “Test : Fed 3B, voyage argentique en ex-URSS

  • 15 mai 2016 at 12 h 46 min
    Permalink

    Bonjour,

    Merci pour ce retour d’utilisation et les explications historiques, techniques. Actuellement dans une capitale ex soviétique, j’ai, encore une fois, craqué pour du matériel photo « local ». Comme j’ai déjà du Zorki, Zénit, LOMO (du vieux machin, pas du « refurbished » par LOMOGRAPHY et hors de prix), je me suis dit, pourquoi ne pas acheter – ce matin – un FED.

    Comme il y avait plusieurs modèles, mais que je me souvenais qu’ici avait été chroniqué un de ces engins, j’ai choisi le FED 3 (A pour le coup), « à cause » de vous ;). Le rideau est en très bon état, les vitesses fonctionnement, bref, ça à l’air de rouler. Et comme il y avait un Jupiter f4 – 135 qui trainait avec, et bien, je l’ai pris aussi.

    Par contre n’ayant pas de pellicules à disposition, il faudra que j’en trouve une ou deux pour le tester. Je reviens donc vous faire un retour à l’occasion, en espérant que je puisse l’utiliser tant que je suis au Kirghizistan, tant qu’à faire !

    Reply
    • 15 mai 2016 at 12 h 49 min
      Permalink

      Ah oui, ça m’a coûté 2000 soms pour le tout, soit 25 euros (avec l’Industar 61 f2.8 – 52mm bien sûr, que je n’ai pas mentionné). Bref je pense que c’est une bonne affaire, ne serait-ce que pour enrichir ma collection d’appareils soviétiques qui prennent beaucoup trop la poussière au lieu de servir, malheureusement…

      Reply
  • 12 janvier 2017 at 1 h 14 min
    Permalink

    Bonjour,
    J’ai besoin d’un petit conseil. Je pense que le mécanisme de mon FED 5V est endommagé car lorsque je veux l’armer, il bloque et le « rideau » ne tourne pas et ne s’ouvre pas non plus lorsque j’effectue un déclenchement. C’est un appareil que l’on m’a donné, je ne sais donc pas ce qu’il s’est passé. A mon avis, le réglage des vitesses a du être effectué avant que le film ne soit armé.
    Savez vous si j’ai une solution… à moindre coût ?

    Merci pour votre article,

    dans l’attente de vous lire

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *