Le Van Dyke

Avec son look rétro aux accents chocolat, le procédé Van Dyke a tous les atouts pour vous charmer. Reconnaissable à ses tons bruns, il est une variante simplifiée de la callitypie et doit nom aux pigments créés par le peintre flamand éponyme, Antoine Van Dyck. Tout comme le cyanotype, il s’agit d’un procédé P.O.P. : print over paper, l’émulsion n’étant pas enrobée dans de la gélatine mais apposée directement sur le papier. Maintenant on retrousse ses manches et on s’y met !

Temps de réalisation : 50 minutes

Temps de séchage : environ 30 minutes

Niveau de difficulté : facile

Van Dyke par Rémy Lapleige

Van Dyke par Rémy Lapleige

Ingrédients :

  • 9 g de citrate de fer ammoniacal vert, 1.5 g d’acide tartrique, 3.8 g de nitrate d’argent, 25g d’hyposulfite de sodium
  • 100 ml d’eau distillée
  • ou sinon procurez vous un kit prêt à l’emploi

Matériel :

  • 4 flacons en verre brun
  • Une bouteille de lait avec bouchon, vide, propre et sèche
  • Une photo numérique ou le scan d’un négatif, avec suffisamment de contraste
  • Une imprimante
  • Des feuilles de plastique transparentes pour imprimante
  • Du papier canson 180g ou du papier à aquarelle
  • Scotch du peintre (facultatif)
  • Un sèche-cheveux
  • 3 pipettes
  • Une coupelle
  • Un pinceau mousse
  • Un sous-verre classique avec griffes
  • Du soleil ou une lampe à UV A type solarium facial
  • Deux cuvettes

Étape 1 : sélectionnez la photo que vous voulez traiter et transformez-la en négatif avec une résolution de 300 dpi. Choisissez de préférence une photo contrastée. N’oubliez pas d’inverser l’image.

Étape 2 : imprimez votre négatif sur une feuille transparente.

Étape 3 : préparez votre fixateur. Dans une bouteille de lait vide et propre, mettez 250 ml d’eau tiède (45°C environ) et dissolvez 25g d’hyposulfite de sodium. Ajoutez ensuite 250 ml d’eau froide à cette solution. Refermez la bouteille et agitez doucement quelques secondes. Il se conserve très bien pour de futures utilisations.

Étape 4 : dans une pièce ne recevant pas de la lumière du soleil ou de lumière à UV (attention aux ampoules dernière génération), préparez vos 3 flacons si vous avez décidé de jouer au petit chimiste. Dans chaque flacon, versez 33 ml d’eau distillée, puis versez dans le 1er flacon le citrate de fer (solution A), dans le 2ème flacon l’acide tartrique (solution B) et dans le dernier le nitrate d’argent (solution C).

Étape 5 : à l’aide des pipettes, prélevez des volumes identiques dans chacun des 3 flacons. Dans un premier temps, mélangez la solution A et B pendant 40 secondes minimum dans la coupelle à l’aide du pinceau mousse, puis introduisez doucement, quelques gouttes à la fois, la solution C tout en continuant à mélanger. Attention aux dépôts qui peuvent se former. Vous pouvez conserver ce sensibilisateur pendant quelques mois dans le dernier flacon restant tout en le protégeant impérativement de la lumière.

untitled-2

Van Dyke par Rémy Lapleige

Étape 6 : cette étape est facultative. Si vous souhaitez des bords nets, utilisez du scotch du peintre en reprenant les dimensions de votre négatif et faites un cadre avec.

Etape 7 : badigeonner votre feuille avec la solution obtenue préalablement. Avec votre pinceau mousse, étalez la préparation en faisant des bandes de façon horizontale puis verticale, l’essentiel étant qu’il n’y ait pas trop de produit et que l’émulsion soit étalée de façon homogène. Protégez-vous, la solution tache fortement la peau et les vêtements.

Étape 8 : si la patience n’est pas votre fort, vous pouvez donner un coup de sèche-cheveux.

Étape 9 : si vous avez mis du scotch du peintre, vous pouvez désormais l’enlever.

Étape 10 : ouvrez votre sous-verre, installez votre feuille enduite et bien sèche puis votre négatif et remettez la plaque de verre et installez les griffes.

Étape 11 : votre Van Dyke est prêt à être insolé. Vous avez deux options, soit vous avez un temps permettant de mettre votre cadre au soleil, soit vous avez votre lampe à UV A.  Si vous êtes chanceux, laisser votre cadre en plein soleil pendant 3 à 20 minutes, c’est-à-vous d’expérimenter le temps nécessaire en fonction de la luminosité ambiante. Si vous possédez une lampe à UV A, disposez votre cadre à 10 cm minimum de la lampe, il vous entre environ 3 et 4 minutes. Idem c’est à vous de tester le temps nécessaire. Faites attention à ne surtout pas trop insoler votre tirage, la densité apparaitra lors du passage au révélateur. A la fin de cette étape, la partie qui n’aura pas été couverte prendra une tonalité orange foncé.

Étape 12 : défaites le sous verre et plongez votre feuille dans une cuvette d’eau et agitez pendant 2 minutes et videz l’eau. Refaites cette étape encore deux fois.

Étape 13 : dans votre 2ème cuvette, versez votre fixateur et plongez votre tirage. Et là, Ô chimie, votre tirage prend une couleur brun chocolat avec une belle densité. Laissez votre épreuve pendant 1 à 2 minutes tout en continuant à agiter doucement.

Étape 14 : Il ne vous reste plus qu’à laver généreusement votre épreuve pendant 10 minutes  dans la 1ère cuvette dont vous changerez régulièrement l’eau.

Étape 15 : mettez votre épreuve à sécher en la suspendant par une pince à linge. Si vous trépignez d’impatience, un coup de sèche-cheveux fera l’affaire.

Van Dyke par Rémy Lapleige

Van Dyke par Rémy Lapleige

One thought on “Le Van Dyke

  • 10 novembre 2016 at 11 h 17 min
    Permalink

    Le top étant quand même d’utiliser un négatif argentique 😉

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *