Développer ses positifs couleur

Dernièrement, nous avons vu comment on développait des négatifs couleur. Qu’en est-il des positifs ?Maintenant que vous vous êtes bien « entrainer » à développer des négatifs couleur, que diriez vous de passer aux positifs ou autrement appelés les diapos couleur ?

Pour ce faire, la seule chimie actuellement disponible est la chimie E-6. Et puis niveau concurrence, il n’y en a pas. En effet, vous n’aurez pas le choix ; il vous faudra passer par le kit trois bains de Tetenal : Colortec E-6. Il est amusant de voir que ce kit est en trois bains alors qu’en réalité, il en contient quatre.

Le kit Tetenal E-6

Le kit Tetenal E-6

Le développement des positifs couleur comprend une première étape de révélation noir et blanc, suivit d’un bain de révélateur chromogène. On retrouve ensuite un bain de blanchiment-fixateur puis on stabilise le développement à l’aide du stabilisateur.

Par contre, attention ! Alors que le développement des négatifs couleur pouvait se faire à des températures différentes, il est recommandé de développer les positifs couleur uniquement à 38°C. D’autre part, le développement de diapo couleur est beaucoup plus sensible à la température que celui des négatifs couleur. Donc choisissez bien votre système de contrôle de température de votre cuve pendant tout le développement pour éviter tout problème chromatique.

Qu’est ce qu’il vous faut ?

Alors quelles sont les différentes étapes du développement E-6 ?

1. Préparation de la chimie

Comme pour le développement des négatifs couleur, je vous renvoie au mode d’emploi. Attention, le révélateur chromogène et le bain de blanchiment-fixage contiennent tous deux, deux parties concentrées. D’autre part, préparer toujours le révélateur noir et blanc en premier. C’est le bain le plus important ; il ne doit pas être « contaminé » par les autres bains. Je vous conseille de diluer vos solutions (ou du moins le stabilisateur) dans le l’eau déminéralisée afin d’éviter les traces de calcaire.

2. Pré-chauffage des solutions

Alors que le développement des négatifs couleur pouvait se faire à différentes températures, le développement de positifs couleur est recommandé une seule température : 38°C. Je vous recommande donc de pré-chauffer les solutions diluées au moins 1h avant de les utiliser à 38°C. Toutes les solutions sont à préchauffer excepté le stabilisateur (qui doit être utilisé à température ambiante soit entre 20 et 25°C). Il vous faut aussi penser à chauffer de l’eau. Et oui, il va y avoir plusieurs lavages à l’eau. Donc penser à chauffer au moins 6 fois le volume de votre cuve en eau. Si vous ne pouvez pas pré-chauffer cette eau (par exemple un bain marie trop petit), prévoyez de régler le thermostat de votre arrivée d’eau sur 38°C. Je vous renvoie encore une fois sur notre article pour vous aider à choix quel système vous correspond le mieux pour le maintien de la température de votre cuve.

Ma Jobo est ma meilleure amie pour le développement couleur !

Ma Jobo est ma meilleure amie pour le développement couleur !

3. Mise en spire

Cette étape se fait de façon habituelle en fonction du type de film que vous avez utilisé.

4. Pré-chauffage du film

Là encore, on retrouve ses réflexes du développement de négatif couleur. Une fois votre film mis en spire, je mets la cuve à pré-chauffer à sec pendant au moins 10 min.

5. Révélateur noir et blanc

Dans le kit Tetenal, ce révélateur est nommé révélateur FD. Cette étape (comme les suivantes) se fait sous agitation constante de préférence par rotation. Le volume de solution à ajouter dépendant de la quantité de films que vous avez à développer et de la cuve que vous utiliser. A vous donc de regarder sur le fond ou le coté de votre cuve. Le temps d’action du révélateur dépend également du nombre de films que vous développer. Il est par exemple de 6min15 pour 1 à 4 films et de 6min30 pour 5 à 8 films.

6. Premier lavage

A la différence du développement de négatifs couleur, entre chaque bain, il faut laver vos films avec de l’eau à 38°C. Le mode d’emploi conseille uniquement un bain d’eau pendant 2min30. Personnellement, je lave mes films par différents bains d’eau d’une minute jusqu’à ce que l’eau ressorte entièrement claire. Généralement, cela correspond entre 3 et 5 bains.

7. Révélateur chromogène

Rien de particulier pour cette étape. Le temps d’action est là encore déterminé par le nombre de films que vous développez (6 min pour 1 à 4 films et 7 min pour 5 à 8 films).

8. Deuxième lavage

A partir de ce moment, la température peut être légèrement plus variable. En effet, alors que les étapes précédentes devaient se faire à 38°C plus ou moins 0,3°C, maintenant, la marge de main d’œuvre est de 3 °C. Cependant, je préfère continuer à travailler à 38°C. Pour le déroulement du lavage, je vous renvoie au paragraphe 6.

9. Blanchiment-fixage

Rien de particulier pour ce bain. Le temps d’action est le même que pour le bain de révélateur chromogène. Je rappelle que ce bain tache énormément alors faites très attention à vos vêtements !

10. Dernier lavage

Pour ce lavage, j’effectue encore plusieurs bains d’eau claire d’une minute mais avec la particularité de commencer avec un bain à 38°C, puis un bain à 35°C, suivit d’un bain à 30°C et enfin un bain à 25°C. Le dernier bain, je le fais à température ambiante afin d’être à la même température que le stabilisateur.

11. Stabilisant

Dernier bain de ce développement, qui se fait à température ambiante toujours sous rotation pendant uniquement une minute. Attention, ce bain mousse énormément. Ainsi lorsque vous ouvrirez votre cuve, attendez vous à rechercher vos films sous la mousse. Une fois sortis du bain de stabilisateur, un passage du film entre deux doigts pour retirer l’excédent et il ne vous reste plus qu’à mettre vos films à sécher.

12. Séchage

Le séchage des films est tout à fait classique : un endroit sec avec les moins de particules possibles dans l’air (on évite donc au dessus du lit du chat) et un temps indéfini mais nécessaire pour que le film soit entièrement sec. A la sortie de la cuve, votre film présentera un voile blanchâtre ! Pas de panique ! C’est tout à fait normal. Ce voile disparaitra avec le séchage.

En haut, votre film en sortie de cuve. En bas, après séchage.

En haut, votre film en sortie de cuve. En bas, après séchage.

13. Élimination des déchets et nettoyage

Bien évidemment, on ne jette pas les solutions chimiques dans l’aquarium ou dans les WC. Je vous renvoie par notre article sur l’élimination des déchets chimiques pour bien faire ! D’autre part, laver abondamment votre cuve et votre bain marie (s’il y a eu des fuites) à l’eau claire afin d’éviter toute contamination par des restes de chimie de votre prochain développement !

Vous voyez, cela n’est pas si compliqué ! Amusez vous bien ! Et n’oubliez pas que la diapo c’est la vie !

Que c'est beau la diapo !

Que c’est beau la diapo !

Anaïs Carvalho

Parce que l'argentique est tellement plus sensuel...

7 thoughts on “Développer ses positifs couleur

  • 26 février 2015 at 11 h 43 min
    Permalink

    La diapo, c’est la vie 🙂

    Reply
  • 15 juin 2015 at 17 h 24 min
    Permalink

    Bonjour,

    Félicitations pour votre site !!! Et je suis heureux de voir de nouvelles ressources web francophones sur l’argentique et en particulier sur le développement E6. Quand j’ai commencer à faire du développement de dias avec le kit Tetenal 3 bains, dans un processeur Jobo, il y a quelques années, j’ai du aller chercher les informations « avec les dents » sur les sites US.

    Si je peux me permettre un petit commentaire, qui bien sûr n’engage que moi (mes deux centimes d’euros…), personnellement, je ne mets jamais le produit stabilisant (le STAB en jargon Tetenal) directement dans la cuve, et surtout pas en rotation. En effet, cela est déconseillé (je crois bien que ça l’est sur la notice même), compte tenu du fort pouvoir contaminant de ce produit. Le risque est de se retrouver avec des spires et des cuves ayant besoin d’un nettoyage approfondi à l’eau très chaude, avant de pouvoir être réutilisé sans crainte pour d’autres films. L’autre risque, en plus de la contamination, c’est que la spire va devenir comme « collante », même sèche, rendant le chargement du prochain film particulièrement pénible.

    De plus, ce produit, comme le Mirasol (agent mouillant pour le N&B), ne doit pas mousser pour être efficace.

    Autre point, d’un point de vue de sécurité, perso, j’éviterais de toucher le Stabilisant avec les doigts (non protégés). En effet, ce produit contient du formaldéhyde (formol), comme fongicide, qui est un produit dangereux et cancérogène. Même si apparemment, Tetenal semble avoir fortement réduit la teneur en formol ces derniers temps, le STAB des derniers kits que j’ai acheté ont beaucoup moins l’odeur douceâtre du formol qu’il y a quelques années, même si elle est toujours là.

    Pour ma méthode du bain STAB, j’utilise un broc en plastique d’un litre qui ne sert qu’a cet usage, dans lequel je verse le stabilisant préparé (généralement 500ml), et je sors le film de la spire et de la cuve, après le dernier rincage post-BX, avec précautions (c’est fragile !), et je l’enroule toujours doucement dans le broc de façon a ce qu’il soit complétement immergé. Ca demande certes un peu de pratique, surtout avec un film 220 ! 😉

    Encore bravo pour votre site,

    Raph.

    Reply
    • 17 juin 2015 at 22 h 15 min
      Permalink

      Merci beaucoup pour tes retours Raph ! Perso, je ne fais jamais tourner ma cuve pendant le STAB. Pour les histoires de contamination, perso, je nettoie toujours mes spires à l’eau chaude et au vinaigre =)

      Reply
  • 24 janvier 2016 at 23 h 40 min
    Permalink

    Bonjour moi je fais de la diapo plan film 4×5 inch avec la fameuse VELVia 50 Iso qui est en effet magnifique ! Je fais ça a la spire ,pour 4×5 inch plus facile a mettre que film 120 et24x36 (lol ) la jobo est bien pratique on bosse en plein jour alors qu en noir et blanc j utilise cuve en inox et donc dans le noir !
    Voilà pour mon expérience pour la diapo !

    Reply
  • 30 janvier 2016 at 11 h 10 min
    Permalink

    Raph à tout à fait raison le stab (E6 ou C41) c’est jamais dans la spire et sans agitation quelques secondes d’immersion suffise on peut aussi ajouter qu’il serait préférable de le préparer avec de l’eau préalablement bouillie.

    Reply
    • 1 février 2016 at 19 h 22 min
      Permalink

      Bonsoir a Toutes et Tous

      En ce qui concerne le stabilisant je fais presque comme l agent mouillant, en noir et blanc je plonge mon plan film ,moyen format ou 24×36 dans le stabilisant et 1 minute apres le laisse secher sans y toucher ! moins de risque de rayure !

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *